International
URL courte
Par
5191
S'abonner

Les États-Unis et la Russie sont sur le point de conclure un accord pour geler le nombre d’ogives nucléaires des deux côtés et prolonger ainsi le traité de réduction des armes stratégiques (START) pour un an, a rapporté ce mardi le Wall Street Journal, citant une source au sein de l'administration américaine.

Washington et Moscou sont sur le point de conclure un accord sur le contrôle des armements nucléaires, a fait savoir ce 20 octobre un haut responsable de l'administration Trump, dont les propos ont été cités par le Wall Street Journal.

«Nous sommes très très proches d’un accord. Maintenant que les Russes ont accepté un gel des ogives, je ne vois pas pourquoi nous ne pourrions pas résoudre les problèmes restants dans les jours à venir.»

Plus tôt dans la journée, le ministère russe des Affaires étrangères avait déclaré que la Russie était prête à s'engager pour geler son nombre d’ogives nucléaires de concert avec les États-Unis. Dans le même temps, la diplomatie russe a tenu à souligner qu’outre les réactions circulant dans les réseaux sociaux, elle n’avait pas reçu de réponse officielle à sa note datant du 16 octobre, laquelle formulait la proposition de Vladimir Poutine de prolonger le Traité New Start d’un an.

L’interlocuteur du Wall Street Journal a poursuivi que, désormais, les questions qui doivent encore être résolues incluent la vérification du gel des ogives et la définition de ce qu’est une ogive.

En saluant la volonté de la Russie «de progresser sur la question de la maîtrise des armements nucléaires», la porte-parole du département d’État, Morgan Ortagus, a fait savoir que les États-Unis étaient «prêts à se réunir immédiatement pour finaliser un accord vérifiable»:

«Nous attendons de la Russie qu'elle donne à ses diplomates les moyens de faire de même.»

Dialogue sur la prolongation du traité

Le traité de réduction des armes stratégiques New Start, signé par Moscou et Washington en 2010 à Prague, est entré en vigueur le 5 février 2011. Il expirera en février 2021. En conformité avec le traité, chaque partie réduit ses arsenaux nucléaires de manière à ce que, dans sept ans et après, le nombre total d’armes ne dépasse pas 700 missiles balistiques intercontinentaux, missiles balistiques sous-marins et bombardiers lourds, ainsi que 1.550 ogives et 800 lanceurs déployés et non déployés.

Ce traité oblige la Russie et les États-Unis à échanger des informations sur le nombre d'ogives et de porteurs deux fois par an. Les pays devaient atteindre ces objectifs avant la date limite du 5 février 2018.

Le New Start reste l'unique accord entre la Russie et les États-Unis dans le domaine de la limitation des armements.

Lire aussi:

L'armée américaine se préparerait à frapper l'Iran, selon un spécialiste israélien
Trump va-t-il bombarder l’Iran pour éviter un nouvel accord nucléaire avec Biden?
Le ministre marocain de la Santé explique que l’hydroxychloroquine est la cible de l’industrie pharmaceutique - exclusif
Un homme tabassé par trois policiers à Paris, qui ont de plus menti dans leur rapport – vidéo choc
Tags:
États-Unis, Russie, Vladimir Poutine, New START (Traité de réduction des armes nucléaires)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook