International
URL courte
Par
Caricatures: nouvelles tensions entre Paris et Ankara (27)
366043
S'abonner

Les déclarations répétées du Président turc sur la nécessité pour Emmanuel Macron de «se faire soigner», représentent une confrontation inadmissible et dangereuse, a estimé le chef de la diplomatie européenne.

Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, a fustigé les propos de Recep Tayyip Erdogan qui s'en est pris ces derniers jours à son homologue français.

«Les propos d'Erdogan à l'encontre du Président Macron sont inacceptables. J'exige que la Turquie mette fin à cette spirale de confrontation dangereuse», a déclaré M.Borrell, le jour même où le dirigeant turc insistait sur le fait qu'il restait fidèle à son avis.

M.Erdogan a été catégorique dans plusieurs déclarations à propos d'Emmanuel Macron, l'invitant à faire des «examens de santé mentale». Le Président turc s'est dit d'ailleurs persuadé que ce dernier allait perdre la prochaine élection présidentielle en 2022 «parce qu'il n'a[vait] rien accompli pour la France».

L'ambassadeur de France à Ankara a été rappelé pour consultation.

Le Quai d'Orsay a dénoncé «une propagande haineuse et calomnieuse contre la France» dans les déclarations du chef d’État turc.

Islam en France

En question: l'attitude du Président français envers les musulmans de France, qui a déjà entraîné des appels au boycott des produits français au Moyen-Orient.

Sa lutte contre le séparatisme prévoit de «libérer l'islam de France des influences étrangères». Le projet de loi «contre les séparatismes» devrait être soumis au Conseil des ministres le 9 décembre.

En outre, M.Macron a annoncé l'intensification des actions contre l'islam radical après l'assassinat du professeur Samuel Paty dans les Yvelines.

Dossier:
Caricatures: nouvelles tensions entre Paris et Ankara (27)

Lire aussi:

À deux doigts de la mort: une nouvelle vidéo choc de violences policières publiée par Mediapart
Trump réagit à la fracture du pied de Biden
Un contrôleur de tram poignardé pour avoir demandé à des filles de porter un masque
Tags:
Recep Tayyip Erdogan, Emmanuel Macron, Josep Borrell
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook