International
URL courte
Par
8437
S'abonner

L'armée britannique a pris le contrôle d'un pétrolier dans la Manche après que des passagers clandestins se trouvant à bord se sont montrés violents. Sept suspects ont été arrêtés.

Des passagers clandestins se trouvant à bord d’un pétrolier naviguant au sud de l'Angleterre ont menacé l'équipage, a fait savoir dimanche le ministère britannique de la Défense. L'alerte a été lancée vers 10 heures du matin, relate AP.

«En réponse à une demande de la police, le ministre de la Défense et la ministre de l'Intérieur ont autorisé les forces armées à monter à bord d'un navire dans la Manche pour sauver des vies et sécuriser un navire qui a fait l’objet d’un détournement présumé», a-t-il indiqué dans un tweet. 

​Tard dans la soirée, le ministère a fait savoir que les forces armées avaient pris le contrôle du bateau et que sept personnes avaient été arrêtées. L’équipage du pétrolier est sain et sauf, a-t-il rassuré. L'enquête se poursuit.

​Un navire en provenance du Nigeria

L'incident a commencé dimanche matin à bord du pétrolier libyen Nave Andromeda. En réponse, les garde-côtes ont dépêché sur les lieux deux hélicoptères, les autorités ont imposé une zone d'exclusion de trois miles autour du navire, relate AP.

La Nave Andromeda a quitté Lagos, au Nigeria, le 6 octobre et devait accoster à Southampton, en Angleterre, le 25 octobre. 
Le capitaine voulait probablement éviter d'emmener un pétrolier entièrement chargé dans la zone densément peuplée près de la base navale de Portsmouth tant que cet incident se poursuivrait, a indiqué à l’agence un contre-amiral à la retraite de la Royal Navy. 

Lire aussi:

«Vous allez voir en 2021, l’islam, on va tous vous tuer»: le passager ivre d’un tram interpellé à Montpellier
Un destroyer américain viole la frontière russe près de Vladivostok
Migrants délogés: Rémy Buisine «pris à la gorge» par un policier, Darmanin évoque des «images choquantes» – vidéos
Tags:
pétrolier, défense, Royaume-Uni, La Manche
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook