International
URL courte
Par
9224352
S'abonner

Le Président turc a déclaré que la France devait «se débarrasser» d’Emmanuel Macron, le décrivant comme un «danger» pour le pays. Dans le cas contraire, celui-ci risque de ne jamais en finir avec les Gilets jaunes qui ainsi pourraient se transformer par la suite en «Gilets rouges».

Recep Tayyip Erdogan a dit souhaiter ce 4 décembre que la France «se débarrasse au plus vite» de son Président de la République.

«Macron est un problème pour la France. La France vit une période très dangereuse. J'espère que la France va se débarrasser au plus vite du danger Macron», a déclaré M.Erdogan devant des journalistes à Istanbul.

Il a ajouté que «dans le cas contraire, [la France, ndlr] risque de ne jamais en finir avec les Gilets jaunes qui ainsi pourraient se transformer par la suite en "Gilets rouges"». C'est le danger auquel elle [la France, ndlr] fait face».

Tensions entre la France et la Turquie

Les relations entre la France et la Turquie se sont dégradées après qu’Emmanuel Macron a promis de ne pas renoncer aux caricatures de Mahomet et de défendre la liberté d’expression suite à la décapitation du professeur Samuel Paty.

Le Président turc a alors appelé à boycotter les produits français et a commencé à attaquer personnellement Emmanuel Macron. Les tensions entre les deux pays se sont d’autant plus détériorées à la suite de la parution d’une caricature du Président turc en couverture de Charlie Hebdo.

Il y a également des désaccords profonds entre Paris et Ankara sur d’autres dossiers, comme le conflit dans le Haut-Karabakh ou la situation en Méditerranée orientale.

Lire aussi:

«Danger pour la France», «guerre d’influence»: Jordan Bardella dézingue la Turquie d’Erdogan
Le centre d'enrichissement de Natanz touché par un acte «terroriste antinucléaire», selon Téhéran
Quand Erdogan dit ce que Zelensky veut entendre: des politiques criméens commentent le soutien turc
Tags:
Recep Tayyip Erdogan, Emmanuel Macron, France, Turquie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook