International
URL courte
Par
2215312
S'abonner

Après un survol du Moyen-Orient par des bombardiers américains, le chef de la diplomatie iranienne a rétorqué que son pays n’était pas intimidé et qu’il aurait mieux valu dépenser tout cet argent à la santé des contribuables américains.

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a recommandé à Donald Trump de dépenser les ressources qui ont été consacrées aux vols de bombardiers stratégiques B-52 au-dessus du Moyen-Orient à la santé des contribuables américains.

S’adressant à Donald Trump, il a notamment écrit sur Twitter:

«Si les "patrouilles de présence" de vos B-52H visent à intimider ou à mettre en garde l'Iran, vous auriez mieux fait de dépenser ces milliards de dollars à la santé de vos contribuables.»

Il a rappelé dans ce contexte que son pays n’avait pas «déclenché de guerre depuis plus de 200 ans», mais qu’il ne serait pas intimidé s’il avait à «écraser les agresseurs».

«Demandez à vos meilleurs amis qui ont soutenu Saddam [Hussein, ndlr], a-t-il ajouté.

Le Commandement central des forces armées américaines a précédemment annoncé que deux bombardiers stratégiques américains B-52 avaient effectué un vol, le deuxième depuis le début de l’année, au Moyen-Orient pour faire une démonstration du potentiel de dissuasion. Ce vol a été réalisé le 17 janvier, le précédent remontant au 6 janvier.

«Déstabilisation dans la région du Golfe»

D’après de précédentes informations, les vols de bombardiers étaient un message à l'Iran. Fin décembre, CNN a affirmé que, selon le Pentagone, les données des services de renseignement faisaient état d’une possible attaque de l’Iran contre les forces américaines en Irak.

Le chargé d’affaires par intérim de l’Iran auprès des Nations unies, Eshagh al-Habib, a demandé le 1er janvier au Conseil de sécurité de l’Onu et à la communauté internationale d'exhorter les États-Unis à couper court aux «mesures de déstabilisation dans la région du Golfe» dont font partie, selon lui, les vols de bombardiers stratégiques.

Lire aussi:

Les Bleus ont renoncé au dernier moment à mettre un genou à terre au début du match France-Allemagne et voici pourquoi
Fin de Barkhane: «il n’y a aucun lien avéré entre la menace terroriste en France et le théâtre sahélien»
Un mariage blanc vire au mariage forcé: souhaitant être naturalisé, un Algérien est jugé pour le viol de sa «fiancée»
Un journaliste US essaie d’interrompre Vladimir Poutine, le Président russe réplique
Tags:
B-52, Mohammad Javad Zarif, États-Unis, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook