International
URL courte
Par
291217
S'abonner

Les États-Unis ont officiellement ouvert des négociations diplomatiques avec l’Iran, mais la tâche s’annonce ardue pour le Secrétaire d’État. Antony Blinken doit composer avec les menaces iraniennes d’accéder à la bombe nucléaire et à celles d’Israël de se préparer à la guerre avec Téhéran : la diplomatie US danse sur un volcan.

L’Administration Biden s’est enfin exprimée sur le dossier du nucléaire iranien.

 Ce 27 janvier, Anthony Blinken a déclaré que «si l’Iran respecte à nouveau pleinement ses engagements en vertu de l’accord, les États-Unis en feront autant.»

Cette invitation envoyée à l’Iran de faire le premier pas est une réponse directe à toutes les pressions internationales des autres acteurs de ce dossier: à Téhéran et à Moscou qui enjoignent Washington à revenir dans l’accord de Vienne de 2015, dénoncé par Trump en 2018 et aux Européens, qui appellent l’Iran à respecter les termes de l’accord précédent.

Mais la déclaration du nouveau Secrétaire d’État, Anthony Blinken, répond aussi en filigrane aux menaces iraniennes d’acquérir la bombe nucléaire et aux menaces israéliennes de se préparer à la guerre avec son ennemi perse.

Plus d’informations dans ce nouvel épisode de Lignes en bref.

Lire aussi:

Un centre culturel turc des Vosges abritait une colonie de vacances clandestine
Déchéance de la nationalité pour les Algériens auteurs de graves préjudices aux intérêts de l’État
Refus de la laïcité chez les jeunes Français: jusque dans les salles de classe, le modèle américain s’impose
Tags:
Antony Blinken, Jean-Yves Le Drian, Emmanuel Macron, guerre, nucléaire, accord iranien, Benjamin Netanyahou, Donald Trump, Joe Biden, Israël, États-Unis, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook