International
URL courte
Par
368144
S'abonner

La Russie a tenté d’influencer le résultat de l'élection présidentielle américaine de novembre 2020 au profit de Donald Trump, selon un rapport des services de renseignements américains. Alors que Washington prépare de nouvelles sanctions, Moscou rejette toute interférence.

Selon un rapport déclassifié du renseignement américain, la Russie a fait des efforts considérables pour interférer dans l’élection présidentielle de 2020 aux États-Unis. Intitulé «Menaces étrangères aux élections fédérales américaines 2020» et long de 15 pages, il a été publié le 16 mars par la directrice du renseignement national, Avril Haines.

«Nous estimons que le Président russe Poutine l’a autorisé, et qu'une série d'organisations gouvernementales russes ont mené des opérations d'influence visant à dénigrer la candidature du Président Biden et le Parti démocrate, à soutenir l'ancien Président Trump, à saper la confiance de la population dans le processus électoral et à exacerber les divisions sociopolitiques aux États-Unis», indique le rapport.

Cependant, le renseignement souligne l’absence de «cyberefforts russes persistants pour accéder à l'infrastructure électorale» pendant la campagne électorale de 2020. Cette fois, l'élément clé de la stratégie de Moscou aurait été son utilisation de proxys liés au renseignement russe «pour faire passer des récits d'influence aux médias américains, aux responsables américains et aux personnalités américaines de premier plan».

Outre la Russie, le rapport tacle l’Iran, Cuba, le Venezuela ou encore le Hezbollah, mais ne trouve pas de preuves d’une manipulation réelle des résultats de l’élection.

Des sanctions

Toujours selon le rapport, les États-Unis imposeront des sanctions dans le cadre de ces accusations.

«Après avoir examiné ces conclusions et le rapport [...], le secrétaire au Trésor, en accord avec le secrétaire d'État, le procureur général et le département de la Sécurité intérieure, imposera des sanctions appropriées pour les activités qui sont définies comme constituant une ingérence étrangère dans les élections américaines.»

D’après Reuters, les sanctions peuvent être imposées dès la semaine prochaine.

La réponse russe

La Russie a tout de suite exprimé son désaccord face à ces conclusions, réfutant toute interférence, aussi bien concernant les élections de 2020 que de 2016.

«La Russie n'a aucun lien avec de soi-disant campagnes contre un candidat quelconque. Nous considérons donc ce rapport comme incorrect. Il est absolument sans fondement et sans la moindre preuve», a déclaré aux journalistes le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov, ajoutant que ces accusations affectent davantage les relations bilatérales entre les deux pays.

Quant à la menace de nouvelles sanctions, Moscou reste calme, a confié le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov.

«Dans les relations avec les États-Unis, l'engagement maniaque dans la politique de sanctions n'a fait que s'intensifier. Cette ligne se poursuivra sans aucun doute. Face à elle, nous restons calmes», a-t-il fait savoir.

Les mêmes accusations

Dans le passé, les agences américaines du renseignement et l'ancien procureur spécial Robert Mueller avaient conclu que la Russie avait aussi interféré dans l'élection présidentielle de 2016 afin de renforcer la candidature de Donald Trump en menant une campagne de propagande destinée à nuire à sa rivale Hillary Clinton. Moscou a rejeté ces accusations.

Lire aussi:

«Colère», «dégoût», «honte»: pourquoi tant de haine envers Emmanuel Macron?
La République tchèque expulse près de 70 employés de l’ambassade russe, Moscou promet une réponse
Les concepteurs du Spoutnik V «étonnés» par le silence des médias sur les décès après injection du Pfizer
Tags:
Donald Trump, Joe Biden, élections, ingérence
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook