International
URL courte
Par
16923
S'abonner

La diplomatie russe a commenté les accusations sur son éventuelle implication dans l’organisation d’une attaque informatique contre un oléoduc important aux États-Unis.

Les accusations sur l’implication de la Russie dans la cyberattaque contre le Colonial Pipeline sont infondées, si Washington souhaitait faire la lumière sur cette affaire, il aurait accepté depuis longtemps de dialoguer avec Moscou sur la cybersécurité, a déclaré ce mercredi 12 mai Sergueï Riabkov, vice-ministre russe des Affaires étrangères.

«Si les États-Unis n'étaient pas intéressés à gagner des points sur le plan de la politique et de la propagande, mais voulaient vraiment comprendre ce qui se passe, ils auraient accepté notre proposition de lancer un dialogue professionnel sur les questions liées à la sécurité informatique, y compris les cyberincidents de nature criminelle, depuis des années», a indiqué M.Riabkov devant les journalistes.

Selon le diplomate russe, la politique des États-Unis reste la même dans ce domaine et «le degré d’incertitude ne fait que croître dans les déclarations de Washington avec chaque nouveau cycle d'accusations infondées contre Moscou».

«C'est une situation complètement anecdotique», a-t-il noté.

La Russie, quant à elle, se comporte de manière responsable et appelle toujours les États-Unis «à prendre ces choses plus au sérieux».

Cyberattaque contre le Colonial Pipeline

Une cyberattaque a perturbé le 7 mai le fonctionnement du Colonial Pipeline, qui achemine essence, fioul et kérosène sur plus de 8.800 kilomètres aux États-Unis. Cet oléoduc assure environ 45% de l'essence et du gazole consommés sur la côte est des États-Unis. Selon le New York Times, le problème pourrait entraîner un manque de produits pétroliers.

Le fonctionnement de l’oléoduc, qui relie les raffineries de la côte du Golfe du Mexique aux aéroports et stations-services à travers le pays, n’a toujours pas été rétabli à 100%, ce qui a fait grimper les prix du pétrole.

Les médias américains ont d’abord associé la cyberattaque à la Russie, mais la Maison-Blanche ne l'a pas confirmé, indiquant envisager l’hypothèse d’une organisation criminelle. Dans le même temps, Joe Biden a supposé que les hackers pourraient se trouver en Russie et qu'il considérait Moscou en partie responsable. L'ambassade de Russie à Washington a qualifié ces accusations d’infondées.

Le 10 mai, le FBI américain a déclaré que le groupe d’extorsion DarkSide serait derrière cette attaque. Selon Radio France internationale (RFI), il s’agirait d’une véritable entreprise qui développe son propre logiciel pour crypter et voler les données, et qui dispose d’un site sur le dark web.

Lire aussi:

L'armée russe ouvre le feu pour stopper un destroyer britannique qui a violé sa frontière en mer Noire
Israël, Royaume-Uni: les vaccins inefficaces face au variant Delta?
«Syndrome de l’escargot»: ces Français qui préféreraient rester confinés
Tags:
hackers, oléoduc, ministère russe des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov, États-Unis, cyberattaque
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook