International
URL courte
Par
0 146
S'abonner

Ebrahim Raïssi, le nouveau Président iranien, parviendra-t-il à redresser l’économie de son pays? Pour Bernard Hourcade, géographe et spécialiste de l’Iran, l’enjeu n’est plus le nucléaire, dont l’accord sera selon lui signé, mais sur la façon dont l’Iran va accéder au marché mondial, sans déstabiliser les institutions de la République islamique.

Ce lundi 18 juin, deux jours après sa victoire, le nouveau Président iranien Ebrahim Raïssi, s’est emparé du dossier brûlant du moment.

Qualifié d’ultra conservateur par la presse occidentale, il a pourtant affirmé qu’il ne remettrait pas en cause les négociations intermédiaires entre Téhéran et Washington sur le programme nucléaire de son pays, qui se déroulent actuellement à Vienne. Une annonce qui illustre l’analyse de Bernard Hourcade, directeur de recherche émérite du CNRS. Géographe, ce spécialiste de l’Iran soutient en effet l’idée que les pourparlers de Vienne feront inévitablement renaître –dans les prochains jours ou semaines– l’accord sur le nucléaire iranien signé en 2015 et abandonné par Trump en 2018.

Cet enjeu probablement écarté, Bernard Hourcade considère que le grand pari de la présidence d’Ebrahim Raïssi se portera donc sur les conséquences du retour américain dans le Plan d’action global commun (PAGC) et l’annulation des sanctions, notamment économiques, contre Téhéran. Dans un pays touché de plein fouet par la crise sanitaire, rendu exsangue par des décennies d’embargo, la population attend avec impatience le retour de l’Iran sur la scène internationale.

Mais, rappelle Bernard Hourcade, le développement économique de Téhéran, devrait être rendu possible grâce au retour de l’Iran sur le marché mondial… sous conditions. Raïssi doit en effet accepter de signer les règles de transparence financière du GAFI (Groupe d’action financière), obligatoires pour valider toute transaction bancaire internationale. Une ouverture qui pourrait être contrôlée et par étapes, afin d’éviter de faire exploser un système très verrouillé ou de déclencher une guerre interne entre les différentes corporations (clergé, Corps des Gardiens de la Révolution) contrôlant ce système.

Les projections régionales militaires de l’Iran seront-elles alors reléguées au second plan au profit d’une lutte politique interne? Plus d’informations dans ce nouvel entretien de Lignes Rouges.

Lire aussi:

Un ministre assure que l’État prendra en compte les «remarques» du Conseil constitutionnel, pourtant obligatoires
Le Conseil constitutionnel valide l'extension du pass sanitaire mais censure l'isolement obligatoire
Le fils du chah d'Iran exhorte l'Occident à donner le coup de grâce à la République islamique
Tags:
Iran, ayatollah Ali Khamenei, Hassan Rohani, Ebrahim Raïssi, élection présidentielle, président, États-Unis, Israël, Arabie Saoudite, nucléaire, accord iranien, Plan global d'action conjoint (JCPOA), accord de Vienne sur le nucléaire iranien (2015), corruption, économie, crise économique
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook