International
URL courte
Par
11260
S'abonner

Une succursale de la Lebanese Swiss Bank, à Beyrouth, a été investie par des protestataires qui auraient forcé ses employés à transférer près de 150.000 euros vers la Turquie.

Des dizaines de protestataires ont fait irruption dans une succursale de la Lebanese Swiss Bank à Beyrouth pour réclamer l’accès à des comptes fermés dans le contexte de la grave crise que traverse le Liban, rapportent les médias locaux.

Des vidéos filmées par des témoins oculaires montrent les manifestants en train d’investir les locaux de la banque et de jeter des documents de fenêtres du bâtiment.

Alertée, la police est intervenue pour déloger les protestataires de la banque et des rues avoisinantes également bloquées par les manifestants.

Près de 150.000 euros «récupérés»

Dans un communiqué diffusé suite à cela, la Lebanese Swiss Bank a accusé le groupe se présentant comme l’association caritative de Baneen d’avoir orchestré l’irruption. Selon la banque, les assaillants ont forcé ses employés à transférer de l’argent en Turquie.

La banque fait en outre état de trois employés blessés. Sur sa page Facebook, l’organisation Baneen affirme pour sa part avoir «récupéré» près de 180.000 dollars (150.000 euros) qui avaient été «pillés» chez les «pauvres».

En réaction à l’attaque, l’Association libanaise des banques a annoncé que les établissements financiers du pays resteront fermés ce mardi 29 juin en guise de solidarité avec la Lebanese Swiss Bank.

Crise au Liban

Depuis l’été 2019, le Liban est plongé dans une profonde crise socio-économique marquée par la chute de la monnaie nationale et l’explosion de la pauvreté et du chômage.

En mai dernier, la Banque mondiale a dévoilé un rapport selon lequel l’effondrement économique du Liban risquait d’être classé parmi les pires crises financières du monde depuis le milieu du XIXe siècle.

Lire aussi:

La France constate une forte baisse du nombre de nouveaux cas quotidiens de Covid-19
Troisième dose de vaccin: «Cela fait partie du plan de développement économique et actionnarial des labos»
Paris et Londres VS Malabo: lutte contre la corruption ou jeux d’intérêts stratégiques?
La politique vaccinale en France «fait assez sourire en Belgique», selon un épidémiologiste
Tags:
Beyrouth, Turquie, Liban, crise économique, irruption
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook