International
URL courte
Par
5654
S'abonner

Le Président russe a fait savoir que Moscou avait «de très bonnes propositions à faire» aux entrepreneurs japonais désireux d’opérer dans les îles Kouriles. Les initiatives devront être concrétisées après la prochaine visite du Premier ministre Michoustine dans l’Extrême-Orient russe.

La Russie prépare des initiatives sans précédent destinées aux entrepreneurs japonais souhaitant s’installer dans les îles Kouriles, objet d’un litige territorial qui oppose Moscou à Tokyo, a fait savoir ce vendredi 23 juillet Vladimir Poutine.

Ces déclarations interviennent à la veille du déplacement du Premier ministre Mikhaïl Michoustine dans l’Extrême-Orient russe. Ainsi, en réunion avec les membres permanents du Conseil de sécurité russe, M.Poutine a demandé au chef du gouvernement de prêter une attention particulière «à la situation aux îles Kouriles».

«Vous êtes bien au courant du fait que nous et nos partenaires japonais menons depuis longtemps des travaux pour mettre en place les conditions nécessaires pour tous ceux qui sont impliqués dans les activités économiques […]. Nous avons de très bonnes propositions à faire», a indiqué le chef du Kremlin.

«Je le dis exprès pour intriguer les acteurs économiques. J’espère qu’après votre déplacement et après évaluation de la situation sur place, nous pourrons concrétiser ces propositions et les réaliser», a conclu le dirigeant russe sans plus de détail.

Îles litigieuses

Appelées «territoires du nord» par le Japon, les îles Kouriles, situées entre la mer d’Okhotsk et l’océan Pacifique, ont été intégrées par l’Union soviétique à l’issue de la Seconde Guerre mondiale et sont reconnues comme russes par l’Onu, mais restent revendiquées par Tokyo.

Le litige empêche surtout la signature d’un traité de paix entre les deux pays. Ces dernières années, Vladimir Poutine et le Premier ministre japonais de l’époque Shinzo Abe s’étaient rencontrés à de nombreuses reprises pour essayer de trouver une solution à ce problème, sans parvenir à régler définitivement ce litige.

L’exploitation commune des ressources dans la zone maritime frontalière entre la Russie et le Japon donne parfois lieu à des tensions. Ainsi, en juin dernier, les autorités russes ont arraisonné un navire nippon et arrêté ses 14 marins en affirmant qu’ils avaient opéré dans la zone économique exclusive de la Russie. Ils ont finalement tous été relâchés.

Lire aussi:

Sous-marins: «trahison» pour le ministère des Armées, mais pas de «catastrophe industrielle» pour Le Maire
Sous-marins australiens: la Russie tourne la France en dérision en rappelant les Mistral
Macron évoque la possibilité de «lever le pass» dans certains territoires
Tags:
Kouriles, Japon, Russie, Extrême-Orient, coopération, litiges territoriaux
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook