Ecoutez Radio Sputnik
    Portrait de Zine Abidine Ben Hamda Ben Ali

    Mort de Ben Ali, dernier acte politique de l’ancien Président tunisien

    © Sputnik . Oleg Lastochkin
    Maghreb
    URL courte
    Par
    348
    S'abonner

    Traitée presque comme un fait divers au JT de la télévision nationale, la disparition du Président Ben Ali révèle pourtant les profonds clivages d’une Tunisie qui tente de se réconcilier avec elle-même. D’autant qu’elle intervient entre les deux tours d’une présidentielle se plaçant sous le signe du grand retour du courant révolutionnaire.

    72 secondes pour 23 ans. Soit 3,1 secondes pour chaque année de règne. C’est la durée que le JT de 20 h de la télévision nationale tunisienne a réservée le 19 septembre à la mort de l’ex-Président, Zine El Abidine Ben Ali, survenu dans son exil en Arabie Saoudite.

    Pendant les 20 premières minutes du journal de Wataniya 1[VV1] , les spectateurs ont eu droit à l’inévitable actualité électorale, notamment les recours présentés par quelques malheureux candidats à la Présidentielle. Il y a aussi eu d’autres «grands» titres de l’actualité, comme une table ronde sur le rôle de la société civile en période électorale ou l’inauguration d’un échangeur en face de l’aéroport de Tunis.

    La disparition de l’ex-Président tunisien, apprise dans l’après-midi, est traitée de manière minimaliste: une simple photo de Ben Ali est commentée en voix «off» par la présentatrice. On retrouve ensuite un micro-trottoir se proposant de sonder l’intérêt que les jeunes portent aux élections législatives. Il s’en fut de peu que le sujet ne fut relégué en «fin de canard», après la rubrique sportive du journal. Un passage tellement discret que certains l’ont zappé. C’est le cas de l’écrivain Abdelaziz Belkhodja, qui était particulièrement révolté, ce jeudi 19 septembre 2019.

    «Des TV du monde entier en ont parlé, mais pas la télévision nationale! Ça aurait pu être l’occasion de faire le bilan de ses années de présidence, même en disant qu’il a été le pire Président de l’histoire de la Tunisie, s’ils le voulaient! Mais on ne peut pas effacer un quart de siècle d’histoire et le passer sous silence! J’étais assez incrédule!», s’étonne Mohamed, un quadragénaire tunisien résidant en Suisse, dans une déclaration à Sputnik.

    La mort de Ben Ali, un sujet anodin? Que nenni! Seulement, la loi de l’offre et de la demande a certainement dû jouer pour reléguer cet événement à un rang secondaire, ironisent certains sur les réseaux sociaux tunisiens. Il s’agit, plus exactement, d’une inflation d’événements à haut potentiel émotionnel. «En Tunisie, on n’a pas le temps de souffler!», lâche Haythem El Mekki, qui tient une rubrique satirique sur la radio privée Mosaïque FM, en rappelant à ses auditeurs les événements graves et rocambolesques qui se sont succédé depuis le 25 juillet dernier.

    «Un attentat terroriste, maladie puis mort du Président, tentative de coup d’État, des élections, un candidat en prison, une gifle (électorale), un grand échec infligé à tout le système, montée imprévue des outsiders, et puis la mort de l’ancien Président! Bientôt, ce sera deux élections, avec un nouveau Président et un nouveau parlement. Le tout en trois mois seulement!», ironise le chroniqueur tunisien.

    Une vue de l’esprit suffisamment éloquente pour expliquer le manquement reproché à la télévision nationale? «La question, surtout, est encore porteuse d’une certaine sensibilité», confesse à Sputnik Zied Dabbar, du syndicat des journalistes tunisiens.

    «Face à cela, la télévision nationale a certainement fait le choix présentant le moins de risques. Celui d’une couverture dans la sobriété. Nous sommes en période électorale et l’ambiance politique est plutôt tendue. Le moindre écart n’aurait pas manqué d’être interprété dans un sens ou dans l’autre et la télévision nationale est souvent sous les feux des critiques, à tort ou à raison», juge Dabbar, membre du bureau exécutif du Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT).

    Slaheddine Jourchi, analyste politique tunisien, dans une déclaration à Sputnik, nuance l’importance de l’affaire:

    «Je ne pense pas que le seul fait de couvrir sa mort pourrait interférer de quelque façon que ce soit dans le processus électoral. Je ne connais pas les raisons qui ont fait que le journal télévisé consacre aussi peu de temps à cette nouvelle. Ce qui est sûr, c’est que l’on ne peut pas effacer, aussi facilement, 23 années de l’histoire de notre pays.»

    Depuis la chute du Président Ben Ali, l’ancienne «Tunisie 7» (en référence au 7 novembre 1987, date d’accession au pouvoir de Ben Ali), essaie d’amorcer une transition de la «télévision d’État» qu’elle a été à une «télévision de service public». Des problèmes de gouvernance plombent toutefois cet élan, si bien que les faux-pas se multiplient. À l’excès de zèle révolutionnaire, avec le floutage des portraits de l’ancien Raïs dans quelque scène d’un vieux feuilleton rediffusé, succèdent les gaffes la renvoyant à son passé d’«organe de propagande». Ce fut le cas au mois de mai dernier, en plein Ramadan, avec un vibrant hommage rendu, dans une émission religieuse mal dépoussiérée, à Ben Ali, mais aussi à son épouse, «grâce auquel notre pays se porte très bien». Les plus complotistes parmi les internautes y ont vu une faute intentionnelle de la part d’une télévision accusée de servir un agenda «contre-révolutionnaire», quand elle n’obéirait pas aux injonctions de «l’État profond».

    Dans les heures qui ont suivi l’annonce de la mort de l’ancien Président, certains ont salué sur les réseaux sociaux la mémoire d’un homme d’État «patriote», sous le gouvernement duquel la Tunisie n’a connu que «la prospérité» et «la sécurité». D’autres, en revanche, ont préféré se rappeler les «crimes» commis contre ses opposants, le musellement de la vie publique et «la voracité» de certains de ses proches, notamment le fameux clan Trabelsi. «C’est un homme qui a gouverné la Tunisie pendant 23 années. Il y en a qui ont eu une pensée pieuse pour lui et il y en a qui s’en sont remis à l’histoire pour qu’elle juge l’homme, avec ses qualités et ses défauts», détaille Slaheddine Jourchi.

    «Certaines de ses politiques ont impulsé une dynamique économique qui est meilleure que ce que l’on a aujourd’hui. Cela cachait néanmoins un profond déséquilibre, qui sera à l’origine de la révolution de 2011. D’ailleurs, sa façon de gouverner a laissé des blessures avec les violations des droits humains, une crise qui s’est aggravée au fil des ans et un vide patent dans le paysage politique», analyse Jourchi.

    Mais qu’est-ce l’antagonisme qu’inspire l’ère Ben Ali, si ce n’est le clivage autour de la Révolution et de son bilan? Dans les mois qui suivirent le soulèvement de 2010-2011, les Tunisiens ont été déçus de ne point découvrir de lendemains qui chantent. Des années marquées par la montée de l’insécurité, du terrorisme, le déclin économique et l’amateurisme politique. Bientôt, ils rirent de leurs vieux slogans quand ils déclamaient, au plus fort du soulèvement, «[qu’importe s’il nous reste qu’] un bout de pain et un verre d’eau, l’essentiel c’est qu’ont soit sans Ben Ali!» Bientôt, l’année 2010, où le peuple se souleva contre l’injustice, devint paradoxalement l’année de référence des indicateurs économiques qui dégringolaient à vue d’œil.

    Les plus libéraux répétaient à l’envi que «La Révolution, c’est toujours mieux malgré tout». Les plus souverainistes reconstituèrent le parti dissous au lendemain de la révolution, assimilant celle-ci à «un système venu saper nos Institutions nationales établies depuis l’indépendance», y voyant à l’occasion la main de l’étranger.

    D’autres antagonismes vinrent se greffer à cette dichotomie. Celui opposant islamistes et progressistes, atteignant son paroxysme en 2014, avec pour point de ralliement pour chaque camp, la défense du meilleur «modèle social» pour la Tunisie. L’alliance nouée entre ces adversaires politiques précipita, à l’occasion de la Présidentielle 2019, l’ascension du courant révolutionnaire[VV2] , s’inscrivant en faux contre les tenants du nouveau «système». La mort de Ben Ali et les réactions passionnelles qu’elle a déchaînées est peut-être venue rappeler qu’avec la première mouture du système, les comptes n’étaient toujours pas soldés.

    «Je suis révolté de voir ces réactions déchaînées de gens s’en prenant à un homme mort. C’est une culture vindicative, qui n’est pas censée être la nôtre. Pour ce qui est de l’homme public, l’histoire le jugera. Mais ce jugement ne sera apporté que dans la sérénité, pas dans le déchaînement des passions. Et pour ce qui est des dépassements et exactions associés à sa période, c’est une page de l’histoire qu’il faudra lire attentivement, avant de pouvoir la tourner», a déclaré à Sputnik l’opposant historique à Ben Ali, Ahmed Manaï, auteur, en 1995, de «Supplice tunisien: le jardin secret du général Ben Ali».

    Tags:
    élections législatives, Arabie Saoudite, Zine El-Abidine Ben Ali, Tunisie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik