Ecoutez Radio Sputnik
    Notre-Dame d'Afrique vue de haut.

    Les autorités algériennes s’apprêteraient à fermer la plus grande église protestante du pays

    CC BY-SA 3.0 / Mehnimalik / Notre-Dame d'Afrique vue de haut.
    Maghreb
    URL courte
    Par
    253724
    S'abonner

    La décision de fermer l’église du Plein Évangile de la ville de Tizi Ouzou, la plus grande église protestante du pays, a été prise par les autorités algériennes, informe un communiqué de l’Église protestante d’Algérie. Le ministère de l’Intérieur n’a pas encore indiqué les raisons de cette décision.

    Dans un message publié sur sa page Facebook, l’Église protestante d’Algérie (EPA) indique que les autorités de la wilaya de Tizi Ouzou, en Kabylie, a pris la décision de fermer l’église du Plein Évangile de la ville, la plus grande d’Algérie. En effet, cette église qui existe depuis 23 ans compte 1.200 fidèles, selon ses responsables. L’église de Makouda, dans la même région, subira le même sort. Elle a reçu une notification de fermeture pour ce mardi 15 octobre.

    «Les services de sécurité viennent d’informer les responsables de l’église de Tizi-Ouzou qu’ils vont procéder à la fermeture de leur lieu de culte», indique le communiqué de l’EPA.

    Le site d’information Observ’Algérie indique que le pasteur responsable de l’église a refusé de signer la notification de fermeture. L’EPA, qui compte 45 églises réparties sur tout le territoire national, a déjà vu sept d’entre elles être fermées par les autorités en 2019.

    Mardi 9 octobre, l’EPA a organisé un rassemblement devant le siège de la wilaya de Bejaïa, également en Kabylie, pour dénoncer la situation. Ainsi, des dizaines de fidèles, notamment des pasteurs de Tizi Ouzou, d’Alger, d’Oran et de Bejaïa ont pris part à cette manifestation pour réclamer la levée des scellés apposés par les autorités sur leurs lieux de culte dans la région.

    Observ’Algérie souligne que cette série de fermetures s’est accélérée depuis le déclenchement du mouvement populaire de protestation le 22 février.

    Le ministère algérien de l’Intérieur n’a pour le moment pas encore communiqué officiellement sur les motivations de cette décision .

    Passe d’armes entre le ministère de l’Intérieur et l’EPA

    Dans une directive aux walis (préfets) et aux responsables de sécurité des wilayas (régions), le ministère de l’Intérieur a appelé à l’intensification des enquêtes sur les activités financières de certains groupes religieux.

    En effet, la note publiée le 8 septembre par le quotidien El Khabar et intitulée «Les activités de groupes religieux qui sont contraires aux pratiques religieuses nationales, notamment leurs manières d’agir destructrices/subversives dans la situation actuelle du pays [la crise politique engendrée par le mouvement du 22 février, ndlr]», désigne trois groupes, dont l’EPA et deux organisations islamistes connues pour leurs stratégies agressives.

    Le ministère de l’Intérieur accuse les dirigeants protestants de «tentative de mettre sur pied une nouvelle stratégie pour faire passer leurs plans hostiles, avec le soutien de parties étrangères», profitant de la situation politique du pays.

    Dans son communiqué, l’EPA répond et dénonce une «campagne mensongère visant, vainement, à la discréditer».

    ​«Ces fausses accusations ne peuvent être passées sous silence. Par conséquent, l’EPA rejette en bloc ces allégations diffamatoires et dénonce une campagne calomnieuse sans précédent», indique la note. L’Église Protestante d’Algérie récuse toute «leçon de patriotisme» et rappelle aux autorités algériennes que les responsables et membres de sa Communauté «sont des Algériens à part entière et enfants de l’Algérie, qu’ils aiment autant que le reste des Algériens, musulmans ou autres», et se demande ce «que cache cette campagne d’intox et de désinformation voulant présenter la communauté chrétienne comme l’ennemi du pays?».

    Que dit la loi algérienne régissant les cultes non musulmans?

    En 2016, l’Assemblée populaire nationale (APN) algérienne a adopté une nouvelle Constitution dont l’article 42 stipule que «la liberté d'exercice du culte est garantie dans le respect de la loi».

    Dans ce cadre, la loi de 2006 fixant les conditions et règles d'exercice des cultes autres que musulmans interdit tout exercice du culte dans des lieux non destinés à cet effet. Elle précise également que les édifices destinés à l'exercice du culte sont soumis au recensement par l'État qui assure leur protection.

    En juin 2018, lors de la fermeture de certains lieux de culte, le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs de l’époque avait déclaré que «ce qui a été fermé, ce sont des établissements éducatifs, des logements ou des locaux commerciaux transformés, unilatéralement par certaines associations, en lieux de culte et non pas des églises au sens de la loi», propos rapportés l’Algérie Presse Service (APS). «Et ce, parallèlement à une recrudescence du courant évangéliste et des prolongements extérieurs sans respect des lois de la République», avait-il ajouté.

    Qu’en est-il du culte catholique?

    En réponse à certaines organisations non gouvernementales (ONG) qui ont dénoncé des manquements par les autorités algériennes à la liberté de culte, monseigneur Paul Desfarges, archevêque d'Alger, a déclaré dans un entretien accordé à l’APS que «la liberté de culte est garantie et assurée par la loi en vigueur dans le pays».

    «Je m'exprime en ma qualité de responsable de l'Église catholique et j'affirme que le problème de la liberté de culte ne se pose pas en Algérie», a-t-il dit, ajoutant que «l'Église catholique en Algérie dispose de ses lieux de culte qui sont reconnus par la loi».

    Concernant les informations d'atteinte à la liberté de conscience et de culte en Algérie, que des ONG ont rapportées évoquant la fermeture de certains lieux de culte et d'églises par les autorités, l'archevêque d'Alger a souligné que «cela concerne l'Église protestante évangélique et non l'Église catholique» et que le ministère des Affaires religieuses et des Wakfs «est disponible à trouver une solution à ce problème» car les autorités algériennes «ne veulent pas que cette situation persiste».

    Tags:
    Kabylie, Église catholique d'Algérie, église, protestantisme, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik