Ecoutez Radio Sputnik
    Sahara occidental

    Alger réagit aux propos de l’ex-numéro 3 de l’État ayant déclaré que «le Sahara est marocain et rien d’autre»

    © AFP 2019 Ryad Kramdi
    Maghreb
    URL courte
    205022
    S'abonner

    Le gouvernement algérien a répondu aux déclarations de l’ex-président de l’Assemblée populaire nationale sur le Sahara occidental, précisant que «la position de l’Algérie vis-à-vis de cette question est claire».

    Lors de son passage au forum du journal gouvernemental Ech Chaâb (Le Peuple, en arabe), Hassan Rabhi, ministre algérien de la Communication et porte-parole du gouvernement, a répondu aux déclarations de l’ex-président de l’Assemblée populaire nationale (APN) Amar Saadani concernant le Sahara occidental.

    «C’est une déclaration qui n’engage que son auteur», a-t-il affirmé, précisant que «la question du Sahara occidental relève des questions de décolonisation prises en charge par les Nations unies et sa légitimité est reconnue par de nombreux États». «La position de l’Algérie vis-à-vis de cette question est claire», a-t-il souligné.

    Pour le responsable, «tous les individus, même si leurs avis peuvent ne pas peser une poussière, sont libres d’exprimer leurs opinions personnelles, mais cela ne peut avoir aucun impact sur les positions des États et le haut degré de responsabilité avec laquelle les Nations unies traitent la question». «Le conflit ne trouvera pas de solution en dehors de celle qui garantisse le droit à l’autodétermination à travers un référendum transparent et inclusif comme le prévoient toutes les chartes et toutes les résolutions adoptées par l’Onu», a-t-il conclu.

    Qu’a dit Amar Saadani?

    Dans un entretien donné au site d’information Tout sur l’Algérie (TSA), Amar Saadani, également ex-secrétaire général du FLN, parti au pouvoir dans le pays, avait affirmé qu’«en vérité, je considère, d’un point de vue historique, que le Sahara [occidental, ndlr] est marocain et rien d’autre». Et d’ajouter que la région a «été enlevée au Maroc au congrès de Berlin».

    Évoquant la position de son pays sur cette question, M.Saadani avait souligné que «l’Algérie a versé pendant 50 ans des sommes faramineuses à ce qui est appelé le Polisario et cette organisation n’a rien fait et n’est pas parvenue à sortir de l’impasse».

    L’ancien numéro trois de l’État algérien avait mis également l’accent sur le fait que «la question du Sahara [occidental, ndlr] doit prendre fin et que l’Algérie et le Maroc doivent ouvrir leurs frontières et normaliser leurs relations».

    Tags:
    conflit au Sahara occidental, Sahara occidental, Maroc, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik