Maghreb
URL courte
9108
S'abonner

En 2018, 131 Français sur 1.046 individus étrangers concernés par la juste marocaine ont eu des soucis, indique un rapport annuel de la Présidence du ministère public. Le document précise que la France arrive ainsi première sur un total de 69 pays.

Dans un rapport publié sur son site officiel, la Présidence du ministère public (PMP) marocain indique que plus 1.000 étrangers ont eu affaire à la justice durant l’année 2018. Les Français arrivent en tête des nationalités qui ont connu le plus de problèmes judiciaires dans le royaume chérifien.

Ainsi, le rapport indique que 1.046 ressortissants de 69 pays ont fait l’objet de poursuites judiciaires au Maroc en 2018.

En fonction des nationalités, les chiffres publiés par la PMP montrent qu’avec ses 131 individus poursuivis sur le sol marocain, la France arrive en tête du classement. Les Français sont suivis des Sénégalais (92 cas), des Guinéens (77), des Ivoiriens (58) et des Espagnols (50).

Pour ce qui est des plaintes officielles adressées aux autorités judiciaires marocaines par des pays tiers et donc concernant des infractions commises par des Marocains à l’étranger, le royaume chérifien en a reçues 29 au cours de l’année 2018. Sur ce registre, la France arrive également première avec 13 plaintes, contre 4 émanant de la Belgique et de l’Espagne, et 3 des Pays-Bas.

En 2018, la France est aussi le pays qui a adressé le plus de demandes d’extradition au Maroc. Elle en a formulées 22, suivie de l’Espagne (8) et de l’Algérie (5). Sur un total de 62 demandes d’extradition, le Maroc a donné suite à 15 d’entre elles, indique le rapport.

À contrario, en 2018, Rabat a réclamé l’extradition de 60 individus dont uniquement 12 ont reçu une suite favorable.

Lire aussi:

«Une catastrophe pour la France»: un chef des urgences évoque un possible reconfinement
Plusieurs explosions entendues à Minsk
Un couple de sexagénaires agresse une caissière qui leur demande de porter un masque dans les Vosges
Tags:
extradition, France, Maroc
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook