Maghreb
URL courte
1415
S'abonner

Khaled Ali Bugshan, homme d’affaires saoudien dont la famille détient la huitième fortune d’Arabie saoudite vient de créer au Maroc une société de publicité, selon la presse locale. Il a été cité dans l’affaire des 500.000 euros versés à Claude Guéant et que les deux hommes ont justifiés par la vente d’œuvres d’art.

L’homme d’affaires saoudien Khaled Ali Bugshan, issu d’une puissante famille yéménite possédant la huitième fortune d’Arabie saoudite, vient de se lancer au Maroc où il a créé en janvier 2019 la société de communication et de publicité Global Display, rapporte la presse locale.

Le site d’information Bladi.net précise que l’homme d’affaires, franchisé des marques Bridgestone, Hyundai et Mitsubishi, a décidé de changer de cap en se lançant sur le marché des panneaux publicitaires urbains dans le royaume chérifien.

Cité dans l’affaire Guéant en 2015

Les Bugshan sont de vieilles connaissances de la France. Ils ont notamment investi dans l'immobilier de luxe à Paris et sur la Côte d'Azur. Le Président défunt Jacques Chirac avait décoré en 2004 de la légion d'honneur le père de Khaled, Ali.

Né à Djedda en Arabie Saoudite le 19 décembre 1960, Khaled Ali Bugshan, domicilié avenue Poincaré, à Paris, et dans sa ville natale, a été cité en 2015 dans l’affaire de versement depuis l’étranger de 500.000 euros à Claude Guéant, ministre de l’Intérieur sous Nicolas Sarkozy. Soupçonné d’avoir utilisé cet argent pour l’achat d’un appartement dans le 16e arrondissement de Paris, M.Guéant avait justifié celui-ci par la vente en 2008 de deux tableaux flamands, selon L’Express.

Interrogé en 2015 sur la nature de la transaction avec le responsable français, le milliardaire saoudien avait confirmé l’achat des œuvres d’art.

Lire aussi:

Un infectiologue marocain étrille l’étude de The Lancet critiquant la chloroquine
Les aliments les plus dangereux pour le foie énumérés
Un syndicat de police s’amuse d’une intervention violente et outre les internautes – vidéo
Tags:
publicité, business, Arabie Saoudite, Riyad, Maroc
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook