Maghreb
URL courte
Par
Coronavirus au Maghreb - avril (41)
2231
S'abonner

Le tribunal correctionnel de Koléa a condamné le 13 avril 17 personnes à des peines de deux à trois ans de prison ferme, assorties d’une amende de 720 euros, pour troubles à l’ordre public pendant la période de confinement, indique un communiqué cité par Algérie 1.

Les 17 personnes arrêtées le 8 avril à Douera, à l’ouest de la capitale Alger, suite à des troubles à l’ordre public en plein confinement contre le Covid-19, ont comparu lundi 13 avril devant le tribunal de la ville de Koléa, dans la wilaya de Tipaza, indique un communiqué du parquet général relayé par le site d’information Algérie 1. Le juge d’instruction a prononcé à leur encontre des peines allant de deux à trois ans de prison ferme, précise la note.

Poursuivies pour «agression des forces de l’ordre», «désobéissance», «échauffourées», «destruction des biens d’autrui» et «rassemblement armé», quatre personnes ont écopé d’une peine de trois de prison ferme assortie d’une amende de 100.000 dinars (720 euros), indique le document. Les 13 autres ont été condamnées à deux ans de prison ferme et à une amende de 100.000 dinars, ajoute le parquet général qui précise que tous les objets saisis durant leur interpellation ont été confisqués par la justice.

Par ailleurs, la note souligne que quatre mineurs, également arrêtés lors des troubles, ont été présentés au juge des mineurs qui a «ordonné leur placement sous contrôle judiciaire».

Les faits

Algérie 1 rappelle que les faits ont eu lieu mercredi 8 avril au soir. Une rixe a éclaté entre des individus âgés de 16 à 48 ans sur la voie publique dans la cité des 2.100 logements de la ville de Douera.

Suite à la destruction de biens publics, «vitres cassées, véhicules vandalisés et jets de pierres sur les agents de la gendarmerie nationale», les forces d’intervention rapide de la gendarmerie nationale sont arrivées sur les lieux où ils ont interpellé les 17 condamnés et les quatre mineurs. Elle a saisi des couteaux, des épées et des cocktails Molotov.

Depuis l’instauration d’un confinement du 23 mars au 6 avril, la mesure a été suivie à 95% sur tout le territoire, a annoncé le 7 avril le responsable de la communication à la Direction de la sécurité publique (DSP), le commissaire principal Rabah Zouaoui. Il a cependant pointé la distribution de 953 contraventions et de 280 mises en fourrière suite au contrôle de 4.853 véhicules.

Le bilan actualisé en Algérie

Dans une déclaration à la presse lundi 13 avril à Alger, le Pr Djamel Fourar, directeur de la prévention et de la lutte contre les maladies transmissibles au ministère de la Santé, a fait état d’une nette augmentation du nombre de patients guéris: de 405 le 8 avril, on est passé à 601 le 13. Néanmoins, il a déploré 313 décès.

Selon lui, depuis l'apparition du coronavirus en Algérie, 2.999 personnes (infectées ou suspectées de l’être) ont été hospitalisées, occupant ainsi 40% des lits disponibles. Le responsable a également précisé que 203 patients sont actuellement en soins intensifs, soit 16,6% du taux d'occupation des lits de réanimation disponibles dans le pays.

Auparavant, il avait aussi annoncé que 1.729 patients, dont certains ont été diagnostiqués grâce au scanner thoracique, sont actuellement traités à la chloroquine dans les différents hôpitaux du pays.

Dossier:
Coronavirus au Maghreb - avril (41)

Lire aussi:

«Comportement de racailles»: deux maîtres-nageurs agressés et jetés dans une piscine de Melun
«Sale juif, sale race»: il est pris à partie dans un immeuble parisien, sa Rolex est volée
Des dizaines de malfrats agressent une famille en Loire-Atlantique puis les suivent à l’hôpital
Tags:
Coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS), coronavirus SARS-CoV-2, Covid-19, Algérie 1, Algériens, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook