Maghreb
URL courte
Par
503711
S'abonner

Le consul général du Maroc à Oran «est un cadre du ministère [des Affaires étrangères, ndlr], justifiant d’une carrière longue de 28 ans, aussi bien au service central que dans plusieurs postes à l’étranger», a déclaré le chef de la diplomatie marocaine en réponse aux accusations d’Alger qui qualifie le diplomate «d’agent secret».

L’affaire du consul général du Maroc à Oran, Boutahar Aherdane, lequel avait qualifié l’Algérie «d’État ennemi», n’a pas fini de susciter la polémique entre les autorités des deux pays. En effet, lors d’une conférence de presse tenue mardi 9 juin à Alger, le porte-parole de la présidence de la République algérienne, Belaïd Mohand Oussaïd, a confirmé le rappel du consul par son pays tout en ajoutant qu’il était «un agent des services de renseignement marocains», selon le site d’information Tout Sur l’Algérie (TSA). Le chef de la diplomatie marocaine, Nasser Bourita, a réagi le même jour à cette déclaration, exprimant «la consternation» de son pays.

«Devant la gravité extrême de tels propos», explique M.Bourita, d’après l’agence Maghreb arabe presse (MAP), «le Maroc exprime sa consternation face à ces allégations émanant d’un représentant d’une institution censée faire preuve de discernement et de retenue».

Et de préciser que «le consul général du royaume [chérifien, ndlr] à Oran est un cadre du ministère [des Affaires étrangères, ndlr], justifiant d’une carrière longue de 28 ans, aussi bien au service central que dans plusieurs postes à l’étranger».

Alger a-t-il demandé le départ du consul?

Nasser Bourita souligne que c’est le royaume chérifien qui a décidé du «rappel immédiat» de son consul général à Oran, rappel dont il a tenu au courant son homologue algérien, Sabri Boukadoum, lors d’un entretien téléphonique.

«Le rappel du consul a été décidé à l’initiative exclusive du Maroc même s’il s’est toujours acquitté de ses fonctions de manière tout à fait convenable et professionnelle», affirme-t-il, précisant qu'«à aucun moment, le royaume n’a reçu, de la part des autorités algériennes, une quelconque demande officielle formelle de rappel de son consul général».

Or, selon TSA, M.Mohand Oussaïd avait affirmé lors de sa conférence de presse que le consul marocain avait été rappelé à la demande des autorités algériennes, tout en expliquant les raisons de cette décision.

«Nous avons demandé son départ. Son comportement était prévisible. Nous avons découvert que c’est un agent des services de renseignements marocains qui a été désigné consul à Oran pour d’autres raisons», a déclaré le porte-parole de la présidence algérienne, soulignant que «la page de cet incident est tournée».

Alors qu’il tentait de calmer la colère de ses concitoyens bloqués à Oran en raison du coronavirus, dans l’ouest de l’Algérie, le consul du Maroc a qualifié l’Algérie de «pays ennemi».

«Nous sommes dans un pays ennemi, je vous le dis franchement», a lancé le consul, demandant à ses compatriotes de faire preuve de patience et de vigilance.

La vidéo montrant cette discussion entre le diplomate et des ressortissants marocains a été largement partagée sur les réseaux sociaux, provoquant un tollé.

Lire aussi:

L'armée américaine se préparerait à frapper l'Iran, selon un spécialiste israélien
Trump va-t-il bombarder l’Iran pour éviter un nouvel accord nucléaire avec Biden?
Le ministre marocain de la Santé explique que l’hydroxychloroquine est la cible de l’industrie pharmaceutique - exclusif
Tags:
relations diplomatiques, relations bilatérales, relations économiques, reprise de relations, relations publiques, Mohammed VI, Abdelmadjid Tebboune, Nasser Bourita, Algérie, Maroc
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook