Maghreb
URL courte
Par
36291
S'abonner

La remise en liberté sous caution d’un trentenaire accusé de pédophilie contre une fillette de six ans a mis révolté le village marocain d’Imi Agadir. Les habitants ont organisé un sit-in, demandant aux autorités judiciaires de reconsidérer leur décision, selon Yabiladi.

Consternés, les habitants du village d’Imi Agadir (province de Tata, sud-est du Maroc) ont manifesté mardi 9 juin contre la remise en liberté sous caution d’un homme de 30 ans accusé d’avoir violé une fillette de six ans, Ikram, rapporte le site Yabiladi.

D’après l’ONG Forum Ifous pour la démocratie et les droits humains qui s’est constituée partie civile dans cette affaire, le père de la victime a même été forcé d’abandonner les poursuites, avant de se rétracter, poursuit le média. Une pétition a été lancée en soutien à la victime.

Les faits

Dans une déclaration à Yabiladi, le président de l’ONG Mohamed Oucharfat a expliqué que les faits remontaient à fin mai, quand Ikram «est allée jouer avec les filles du prévenu, chez-lui». «En raison du confinement sanitaire et des hésitations de la famille, la plainte n’a été déposée qu’une dizaine de jours après le viol», précise-t-il.

Après sa prise en charge par le centre d’écoute de l’ONG dédié aux femmes et aux enfants victimes de violences, la fillette a été examinée le 4 juin par les autorités sanitaires locales qui ont tout de suite alerté son père.

Dans le sillage de ce constat, «une lettre confidentielle a été adressée au procureur général de la Cour d’appel d’Agadir», indique le Forum Ifous dans un communiqué relayé par le média. «Le mis en cause a été interpelé [le 4 juin, ndlr] par la gendarmerie et placé en détention préventive, le temps de parachever l’enquête», ajoute l’organisation.

Mais le mis en cause a été remis en liberté sous caution le 6 juin, après que le père de la victime a signé la veille un abandon des poursuites «sous la pression et la contrainte», selon la note de l’ONG.

Suite à la détérioration de la santé de sa fille, le père a décidé de reprendre les poursuites judiciaires contre le suspect. En effet, il a demandé au Forum Ifous de l’assister dans sa démarche. L’organisation a accepté.

M.Oucharfat a fait savoir à Yabiladi qu’une séance était prévue mercredi 10 juin à la Cour d’appel d’Agadir afin de réexaminer la décision de remise en liberté.

Une pétition en cours

En plus de la manifestation publique consacrée à Imi Agadir, une pétition a été lancée sur la plateforme Change.org en soutien à Ikram et sa famille.

Elle a déjà été signée par près de 171.000 personnes qui demandent justice pour la victime.

Au Maroc, 2.500 actions en justice ont été engagées par le ministère public en 2018 contre des personnes ayant commis des agressions sexuelles sur des enfants, d’après un bilan officiel.

Lire aussi:

Ces bonnes habitudes à prendre pour perdre du poids, selon une nutritionniste
La Chine assure qu'une pneumonie inconnue «beaucoup» plus mortelle que le Covid-19 se propage au Kazakhstan
Un garçon de 14 ans incarcéré pour le viol d’une quadragénaire à Dunkerque
Tags:
remise en question, libération des prisonniers, pédophilie, action en justice, gouvernement marocain, Maroc
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook