Maghreb
URL courte
Par
7165
S'abonner

Dans le cadre du travail mémoriel bilatéral pour régler les dossiers de la colonisation qui entravent les relations entre la France et l’Algérie, le Président algérien a désigné l’historien Abdelmadjid Chikhi, une semaine après la nomination par Emmanuel Macron de Benjamin Stora.

Une nouvelle étape a été franchie dans le travail mémoriel engagé entre l’Algérie et la France. Lors de son entretien mensuel avec la presse nationale, le Président Abdelmadjid Tebboune a annoncé dimanche 19 juillet à la télévision la nomination du professeur en histoire Abdelmadjid Chikhi pour mener, en collaboration avec son homologue français Benjamin Stora nommé la semaine dernière par Emmanuel Macron, le travail mémoriel entre les deux pays. La création de ce comité mixte intervient dans le contexte de la restitution par la France de 24 crânes d’imminents résistants algériens du XIXe siècle, à la veille du 58e anniversaire de la Fête de l’indépendance acquise le 5 juillet 1962.

Le Pr Chikhi a été nommé par le chef de l’État algérien comme conseiller de la présidence de la République chargé des archives et de la mémoire. L’historien est également le chef de la Direction générale des archives nationales.

Un geste qui marque un tournant

La question mémorielle relative à la colonisation française en Algérie reste d’une importance capitale pour édifier des relations saines entre les deux pays. Elle s’articule autour de quatre sujets: la question des archives de la période coloniale, le dossier des disparus de la guerre, l'indemnisation des victimes des essais nucléaires français en Algérie et la récupération des crânes des martyrs exposés au musée de l'Homme à Paris.

Concernant ce dernier point, la France a restitué le 3 juillet les crânes de 24 résistants du XIXe siècle qui ont été inhumés le 5 juillet au «Carré des martyrs de la Révolution algérienne» au cimetière d’Al Alia, à Alger, en la présence d’Abdelmadjid Tebboune et de toutes les hautes autorités civiles et militaires du pays.

Lors d’un entretien accordé le 4 juillet à France 24, le Président algérien a déclaré attendre des excuses de la France pour la colonisation de l'Algérie. Il a par ailleurs estimé que son homologue Emmanuel Macron était «quelqu'un de très honnête» susceptible de contribuer au climat d'apaisement dans les relations entre les deux pays.

Lire aussi:

Le Président Aoun évoque l'hypothèse d'un «missile» ou d'une «bombe» dans la double explosion à Beyrouth
Une pétition demande un placement du Liban sous mandat français pendant dix ans
Perdu en mer, un jeune garçon survit en se rappelant les conseils d’un documentaire
«Tu finiras comme ton collègue de Bayonne»: nouvelle agression d’un chauffeur de bus au Pays basque
Tags:
commémoration, mémoires, mémoire, guerre, France, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook