Maghreb
URL courte
Par
0 181
S'abonner

Une cellule terroriste de cinq personnes ayant créé un groupe sur les réseaux sociaux intitulé «Les Loups solitaires» pour s’assurer une communication sécurisée a été démantelée en Tunisie, a informé le ministère de l’Intérieur qui précise que le groupe préparait des attentats contre des édifices publics et les forces de l’ordre.

Dans un communiqué publié sur son site officiel, le ministère tunisien de l’Intérieur a annoncé ce mercredi 22 juillet le démantèlement d’une cellule terroriste de cinq personnes, dont une femme, qui se faisaient appelés «Les Loups solitaires» sur les réseaux sociaux.

L’opération a été menée par les unités antiterroristes de la Garde nationale dans la ville de Sousse, dans le nord-est du pays, a indiqué la note qui précise que le groupe était actif également dans les régions de Kasserine et Gafsa.

Le ministère de l’Intérieur a affirmé que le groupe planifiait des attentats contre des édifices publics et des patrouilles des forces de l’ordre après que «certains parmi eux avaient échoué à rejoindre d’autres éléments terroristes retranchés dans les maquis, où ils comptaient recevoir une formation dans la fabrication des explosifs qui devait être dispensée par des combattants actifs dans les zones de conflit [la Libye et le Sahel, ndlr]».

Les cinq mis en cause ont été placés sous mandat de dépôt par le procureur de la République, a conclu le communiqué.

Le lundi 20 juillet, le ministère de l’Intérieur avait également annoncé la mise en échec d’une opération terroriste ciblant une patrouille des forces de l’ordre dans le sud du pays.

Une autre opération importante

En février, le ministère tunisien de l’Intérieur avait fait part de la découverte d’un camp terroriste sur les hauteurs de la région de Kasserine, dans le nord-ouest de la Tunisie à la frontière avec l’Algérie, où des équipements de fabrication d’explosifs et des mines artisanales ont été saisis.

Alger et Tunis avaient décidé d'intensifier leur coopération en matière de lutte antiterroriste, après l'attentat du 8 juillet 2018 près d'Aïn Soltane, dans la région tunisienne de Jendouba, et au cours duquel six gendarmes tunisiens ont trouvé la mort. Les deux pays ont créé 60 points de contrôle militaires supplémentaires le long des frontières nord, selon la presse algérienne.

Il s'agissait pour l'Algérie de la frontière allant d’El Tarf à Tébessa, en passant par Souk Ahras, et pour la Tunisie, de la frontière couvrant les régions de Jendouba, Le Kef et Kasserine.

«Une partie de ces points de contrôle seront mobiles et assurés par des patrouilles militaires, tandis que d'autres seront fixes, et dont la mission consistera à surveiller les mouvements des groupes armés», avait-il été précisé.

Lire aussi:

L'ancien international de rugby Christophe Dominici retrouvé mort dans les Hauts-de-Seine
Un policier fait un croche-pied à un migrant lors de l'évacuation place de la République – vidéo
Un destroyer américain viole la frontière russe près de Vladivostok
Tags:
apologie du terrorisme, lutte antiterroriste, plan antiterrorisme, cyberterrorisme, bioterrorisme, terrorisme, Tunisie, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook