Moyen-Orient
URL courte
Par
2126
S'abonner

Lors de la quatrième journée d’affrontements avec la police et l’armée au Liban, les manifestants qui protestent contre les restrictions sanitaires et la crise économique dans le pays, ont incendié la mairie de Tripoli, selon le service de presse du Président Michel Aoun.

Un incendie s’est déclaré dans la nuit du 28 au 29 janvier dans la mairie de la ville libanaise de Tripoli, à 90 km de Beyrouth, où des manifestants ont jeté des cocktails Molotov lors d’affrontements avec les forces de l’ordre, a annoncé le service de presse du Président libanais Michel Aoun.

​L’incendie a commencé après que l’armée a dispersé une manifestation sur la place Al-Nour, non loin de la mairie.

​Le Président libanais, Michel Aoun, a chargé Zeina Akkar, ministre de la Défense et vice-Première ministre du Liban, de retrouver les organisateurs des émeutes qui se sont «infiltrés dans les rangs des manifestants pacifiques et [ont] commis des actes de sabotage» à Tripoli, a annoncé son service de presse.

«Le Président Aoun et la vice-Première ministre et ministre de la Défense nationale Mme Zeina Akkar ont examiné la situation en matière de sécurité dans le pays après les événements survenus hier soir à Tripoli et les émeutes qui ont conduit à l’incendie à la mairie de Tripoli, et à l’attaque d’un certain nombre de bâtiments officiels et privés de la ville», a-t-il été précisé.

Affrontements à Tripoli

Des actions de protestation contre les mesures restrictives prises par les autorités pour enrayer l’épidémie de Covid-19 se déroulent à Tripoli depuis quatre jours. Les manifestants réclament la levée du couvre-feu et l’amélioration de leurs conditions de vie. Pendant ces rassemblements, certaines personnes jettent des pierres, des cocktails Molotov. Les 27 et 28 janvier, la police a même été attaquée au moyen de grenades réelles.

Selon la Croix-Rouge libanaise, le nombre de victimes des affrontements a atteint 226, dont plus de 20 policiers.

L’armée a pris sous son contrôle les principales zones du centre de la ville. Le commandement a appelé les citoyens à respecter le couvre-feu et à éviter de participer aux manifestations, qui s’accompagnent de pillages et d’actes de vandalisme.

La situation à Tripoli, où le taux de chômage a atteint 60%, est à son paroxysme suite à la décision prise le 21 janvier par le Conseil suprême de défense de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 8 février. Le confinement, qui s’accompagne d’un couvre-feu, a réduit l’activité économique au minimum et conduit à la ruine nombre de petites et moyennes entreprises.

Lire aussi:

«Ça ne suffit pas»: les autorités exhortent les soignants à se faire vacciner «très rapidement»
Après le Covid, le chaos social? Le FMI s'inquiète pour la France
Nouveau rebondissement dans l'affaire Elisa Pilarski tuée par des chiens
Tags:
incendie, mairie, émeutes, Tripoli (Liban), Liban
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook