Moyen-Orient
URL courte
Par
9840
S'abonner

Sans gouvernement depuis maintenant six mois, le Liban s’enfonce un peu plus dans la crise. Après l’échec de l’initiative française, le Patriarche maronite Bechara Raï lance un appel à la communauté internationale pour venir en aide au Liban, mais également pour faire pression sur le Hezbollah, estime Mgr Malzoum, représentant du Patriarche.

Encore une initiative pour le Liban! Cette fois-ci, elle émane de l’intérieur. Face à l’échec de l’initiative d’Emmanuel Macron, qui s’est heurtée au blocage de la classe politique libanaise, le Patriarche Bechara Boutros Raï a lancé un appel à la communauté internationale. Rassemblant des milliers de personnes à Bkerké, dans le nord de Beyrouth, le Patriarche maronite d’Antioche et de tout l’Orient s’est adressé au peuple libanais: «Vous êtes venus de tout le Liban […] pour soutenir l’idée de la neutralité et celle d’une conférence internationale pour le Liban sous les auspices de l’Onu.»

Officiellement, c’est un appel à l’aide, mais officieusement il est question du rôle du Hezbollah sur l’échiquier politique local et régional. Pour Mgr Mazloum, proche du patriarche, cette initiative est la conséquence de l’immobilisme politique.

«Ces derniers temps, le Liban vit une crise très profonde à tous les niveaux et dernièrement nous sommes sans gouvernement depuis six mois. Cette initiative devenait dès lors obligatoire, compte tenu de la situation du pays», explique-t-il à Sputnik.

L’évêque rappelle l’obligation pour le Liban et le peuple libanais de «sortir de la crise». Depuis la tentative française, le pays est sans gouvernement, il a littéralement sombré dans une crise sociale et économique aux multiples facteurs. Les partis politiques sont tous d’accord pour la formation d’un gouvernement, mais ne s’entendent pas sur la conception et la manière de le mettre en place. Saad Hariri veut un gouvernement de 18 ministres, l’opposition exige un gouvernement de 20 à 22 ministres, le tandem chiite (constitué du Hezbollah et d’Amal) souhaite le ministère des Finances, le Président Aoun s’attache à défendre les intérêts des chrétiens, alors que d’autres essayent d’étendre leurs prérogatives, à l’instar de Courant du futur de Hariri. Bref, le pays du Cèdre est pour l’heure ingouvernable.

Toujours les mêmes divisions au Liban

Dès lors, l’initiative du Patriarche maronite arrive comme une lueur d’espoir pour bon nombre de Libanais. Du haut de son balcon à Bkerké, il se voit en fédérateur, en médiateur. La foule l’acclame, elle est venue pour lui. Il a réussi son pari en galvanisant son auditoire, sensible à l’art oratoire, semble-t-il. Mgr Raï a rassemblé le peuple libanais, c’est une initiative populaire, nous explique Mgr Mazloum, lui-même présent lors du discours.

«Cette initiative est soutenue par la majorité des Libanais qui ne se retrouvent plus dans les partis traditionnels. Depuis l’explosion du port, le peuple se retrouve seul et un peu plus en détresse», déplore le dignitaire maronite.

Derrière ce discours qui se veut apolitique, affleure pourtant le spectre des habituelles divisions intérieures. Les Forces libanaises, les Kataeb, le parti druze de Walid Jumblatt et le parti du futur de Saad Hariri ont applaudi, si ce n’est soutenu, cette initiative. De fait, l’opposition reste la même. Le Hezbollah, pointé du doigt par le Patriarche, le parti Amal et le CPL, le parti chrétien du général Aoun –allié aux chiites–, n’ont pas appuyé l’initiative. Une fois de plus, le Hezbollah est la pomme de discorde politique au Liban. Les anciens clivages refont surface.

«Cette initiative vise à faire pression sur le Hezbollah, qui est la source des blocages politiques. Le parti chiite craint donc pour ses prérogatives. Le Patriarche rappelle que l’armée libanaise doit être la seule à pouvoir défendre le Liban.»

Le Liban est connu pour être le théâtre des instabilités régionales. De l’Iran en passant par l’Arabie saoudite, le Qatar ou la Turquie, les puissances voisines lorgnent sur le sort du Liban. Cette initiative du patriarche s’inscrit donc dans une échelle plus large. Si on critique le Hezbollah, on critique l’Iran et cela sert les intérêts de l’axe américain. Dans cette affaire, la géopolitique se résume sans peine à l’adage «l’ennemi de mon ennemi est mon ami».

Le Hezbollah, coupable de la perte de neutralité du Liban?

Cette initiative a en effet mis peu de temps avant d’être officieusement soutenue par des puissances étrangères. Malgré sa neutralité de façade, Bechara Raï est proche de certains voisins du Liban.

«Tous les pays opposés à l’Iran ont applaudi cette initiative, sans l’appuyer pour le moment. Il y a eu des contacts avec les ambassadeurs. Il n’y a pas encore une position officielle. Mais officieusement, ils encouragent un tel mouvement.»

Le Patriarche maronite ne cache en effet pas ses liens avec l’Arabie saoudite. Dans la semaine précédant son discours à Bkerké, il a reçu l’ambassadeur saoudien Walid Boukhari, en affirmant que «Riyad restera toujours l’ami le plus proche du peuple libanais.» Pourtant, le cœur de son discours est le retour à une «neutralité positive» au Liban, le retour à un non-alignement sur les deux axes, l’un dominé par les États-Unis et leurs alliés –l’Arabie saoudite et Israël– et l’autre dominé par l’Iran. Mgr Mazloum juge le Hezbollah responsable de cette perte de neutralité.

«Pourquoi appelions-nous le Liban “la Suisse du Moyen-Orient”? De par son histoire et sa Constitution, le Liban a toujours été un pays non-aligné. En raison des activités du Hezbollah, le Liban se retrouve aligné sur la politique iranienne.»

La stabilité du pays découle en effet de sa neutralité vis-à-vis des conflits régionaux. Mais demander l’aide à un congrès international sous l’égide des Nations unies n’est-il pas un moyen de basculer vers le camp d’en face? C’est en tout cas la crainte du Hezbollah.

La Russie, allié de l’Iran, aurait-elle dès lors une carte à jouer pour s’immiscer dans le jeu libanais, en s’invitant à une éventuelle table des négociations? Sa diplomatie régionale, qui «souhaite la paix sans l’imposer, contrairement aux Américains», expliquait récemment le géopolitologue Bassam Tahhan à Sputnik, pourrait en effet venir équilibrer ce jeu dangereux.

Lire aussi:

Tous vaccinés contre tous confinés: «il existe une troisième alternative»
La Russie annonce répondre à un déploiement massif de troupes de l'Otan à sa frontière
«Toutes les personnes qui vont aller se faire vacciner sont des cobayes», lance une députée française
Des millions de voitures pourraient être prochainement exclues de la circulation dans les grandes villes de France
Tags:
communauté internationale, Liban, Hezbollah
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook