Moyen-Orient
URL courte
Par
121145
S'abonner

Bachar el-Assad et son épouse ont été testés positifs au Covid-19. Selon la chancellerie du Président syrien, ils ne présentent que des symptômes légers et continueront de travailler pendant leur isolement.

Le Covid-19 a été diagnostiqué au Président Bachar el-Assad, 55 ans, et à son épouse Asma, qui présentent des symptômes légers, a annoncé ce lundi 8 mars la chancellerie du chef de l'État syrien.

«Après avoir ressenti des symptômes légers similaires à ceux du Covid-19, le Président el-Assad et Mme Asma el-Assad ont procédé à un test PCR, et le résultat a montré qu'ils étaient infectés par le virus», a indiqué la chancellerie dans un communiqué publié sur Facebook et Telegram.

Ils sont dans un état stable et continueront d'assumer leurs fonctions pendant leur quarantaine qui devrait durer deux ou trois semaines, selon le communiqué.

«Souhaitant la sécurité et le bien-être à tous les Syriens et à tous les peuples du monde contre ce virus, le Président el-Assad et Mme Asma appellent les Syriens à toujours prendre les mesures préventives. Ils saluent le personnel médical travaillant en première ligne pour affronter le virus et réduire ses effets sur ceux qui en sont infectés», indique le communiqué.

Le 25 février, l'agence d'information syrienne Sana a annoncé que la campagne de vaccination des personnels médicaux contre le Covid-19 commencerait en Syrie début mars. Selon le ministre syrien de la Santé, Damas a reçu un lot de vaccins d'un «pays ami». Il s'agit d'un vaccin à deux doses, qui doivent être administrées à 21 jours d'intervalles. Ce vaccin a montré son innocuité et efficacité, a noté le ministre.

Lire aussi:

Trois jours après un vol chez Chaumet, un nouveau braquage dans une bijouterie à Paris
Une ministre traite Asselineau et Philippot de «losers», ces derniers s’insurgent
Des sportifs américains aux JO s’en prennent aux athlètes russes après des défaites
Tags:
Bachar el-Assad, Asma el-Assad, Covid-19, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook