Moyen-Orient
URL courte
Par
14649
S'abonner

Au lendemain de tirs de roquettes ayant atteint une région déserte de la Turquie, des obus de mortier ont été tirés en Syrie depuis la zone contrôlée par l’armée turque.

Le gouvernorat syrien de Raqqa a été visé ce vendredi 19 mars par des tirs de mortier venant du secteur qui se trouve sous le contrôle des forces turques, a déclaré Alexandre Karpov, chef adjoint du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie.

«Aujourd’hui, à 11h41, des tirs de mortier ont été signalés près du village de Muallak. Ils venaient du territoire contrôlé par les forces armées turques», a indiqué le responsable.

Une heure et demie plus tard, à 13h15, des formations pro-turques ont ouvert le feu pour arrêter des civils se rendant à Seïda, dans le gouvernorat de Raqqa, selon M.Karpov.

Pourtant, Muallak, Seïda et Jebel sont des villages où les habitants peuvent rentrer conformément à une entente récemment conclue avec le concours du Centre pour la réconciliation des parties en conflit, a précisé le contre-amiral.

Des roquettes tirées depuis la Syrie atteignent la Turquie

Le 18 mars, le ministère turc de la Défense a fait état d’une attaque à la roquette contre la province frontalière turque de Kilis.

Selon le ministère, les roquettes tirées depuis le territoire turc, sont tombées dans un champ inoccupé de la province, sans faire de blessés. L’armée turque a frappé les postes de tir présumé. Ankara a envoyé une notification à Moscou pour demander «l’arrêt des tirs», a précisé le ministère sur Twitter.

Le Président Recep Tayyip Erdogan a accusé ce 19 mars l’armée gouvernementale syrienne d’être responsable des tirs de roquettes sur Kilis et promis une puissante riposte à de telles attaques.

Lire aussi:

L'ancien ministre Éric Raoult est mort
Expulsion de diplomates, interdiction d'entrée: Moscou riposte aux sanctions US
Sans assimilation, le risque «d’une guerre de tous contre tous»? – vidéo
Tags:
Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, Syrie, Raqqa
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook