Moyen-Orient
URL courte
Par
181113
S'abonner

Mahmoud Abbas a rencontré Erdogan à Istanbul. Au cœur des critiques suite au report des élections, le chef de l’Autorité palestinienne cherche un soutien politique étranger. De son côté, la Turquie profite de ce déplacement pour renforcer les liens avec la Palestine et déplacer un peu plus ses pions dans la région, estime Alain Gresh, journaliste.

Décidément, le Président Turc est partout! Après avoir affirmé son intérêt pour l’Afghanistan depuis l’annonce du retrait américain et esquissé un rapprochement avec l’Arabie saoudite et l’Égypte, il vole au secours de l’Autorité palestinienne. Mahmoud Abbas s’est rendu les 9, 10 et 11 juillet à Istanbul à l’invitation de Recep Tayyip Erdogan lui-même. Au cours de son entrevue avec son homologue turc, le Président du Fatah a passé en revue les relations bilatérales, l’importance d’un soutien humanitaire dans les régions palestiniennes, la question de la réconciliation nationale et les futures élections. Selon l’agence de presse palestinienne Wafa, Mahmoud Abbas a souligné «l'importance de parvenir à un apaisement global, de mettre fin aux attaques israéliennes contre la mosquée Al-Aqsa et les quartiers de Jérusalem [est, ndlr], d'arrêter les colonies, les démolitions des maisons et autres pratiques criminelles de l'occupation contre le peuple palestinien dans la bande de Gaza et en Cisjordanie».

Mahmoud Abbas «réprime toutes les actions indépendantes»

Mais le chef de l’Autorité palestinienne est au cœur des critiques. En effet, en avril dernier, il a reporté les élections palestiniennes, les premières prévues depuis sa prise de fonctions, en 2005. Accusant l’exécutif israélien, il s’est justifié en ces termes: «Nous avons décidé de reporter la date des élections jusqu’à ce que […] notre peuple puisse exercer ses droits démocratiques à Jérusalem.» «C’est une manière de gagner du temps, ce qu’il a toujours fait», déplore Alain Gresh, ancien rédacteur en chef du Monde diplomatique et fondateur du journal en ligne Orient XXI.

Des manifestations s’en sont ensuivies dans plusieurs villes palestiniennes, à Ramallah, à Hebron et à Naplouse. Le chef de l’Autorité palestinienne s’est vu en outre reprocher son inaction et son mutisme durant le conflit qui a fait rage entre Tel-Aviv et Gaza du 10 au 21 mai. «Le silence assourdissant de Mahmoud Abbas traduit tout simplement son absence flagrante de politique», juge Alain Gresh.

Selon notre interlocuteur, la perte de légitimité d’Abbas «ne date pas d’hier». Pour la mesurer, «il faut remonter aux accords d’Oslo. Mahmoud Abbas ne veut pas admettre son échec et ne veut pas changer, c’est le partisan du statu quo. Aujourd’hui, il réprime toute action indépendante.»

Le leader de Ramallah serait donc à la recherche d’appuis à l’étranger. Le but? Asseoir sa légitimité face à la situation tendue dans les territoires occupés. Il compte bien tirer un maximum de bénéfices de son périple en Turquie, compte tenu de la «politique d’Erdogan», estime le spécialiste du monde arabo-musulman.

«Cette visite me fait penser aux déplacements de Yasser Arafat. Quand il était en difficulté, il allait faire une tournée internationale pour grappiller des soutiens économiques et politiques. La Turquie n’est pas un choix anodin pour Mahmoud Abbas, quand on connaît l’importance de la carte palestinienne dans le jeu politique d’Erdogan. Il en use à des fins électorales», explique notre interlocuteur.

Et c’est peu dire! Durant les hostilités entre Gaza et Tsahal, le Président Turc s’est empressé de venir au chevet de la Palestine, se répandant même en propos belliqueux. Dans un communiqué officiel datant du 10 mai, la diplomatie turque qualifiait l’action de Tsahal de «terreur» et condamnait fermement le gouvernement israélien. Ne mâchant pas ses mots, le directeur de la communication de la présidence turque, Fahrettin Altun, avait quant à lui ouvertement appelé à attaquer l’État hébreu: «Nous lançons un appel au monde musulman: il est temps de dire stop aux attaques lâches et tyranniques d’Israël. […] Que l’enfer brûle pour les tyrans.»

La Turquie investit 10 millions de dollars en Palestine

Au-delà des actions… verbales, la Turquie pourrait bien renforcer ses liens avec la Palestine par l’intermédiaire de projets industriels. En effet, en février dernier, Recep Tayyip Erdogan avait annoncé l’investissement de 10 millions de dollars dans une installation industrielle qui devrait voir le jour près de Jénine. Ce projet serait sur la table depuis 1999. Mais il aurait toujours été différé en raison des blocages israéliens. L’aide financière d’Ankara pourrait avoir des conséquences sur les emplois locaux: environ 5.000 postes seront créés puis 15.000 de manière indirecte.

Or, si la Turquie entend agir localement, il n’en demeure pas moins qu’elle aurait des visées régionales:

«La Turquie a une position active dans toute la région. On le voit avec une influence croissante dans le Caucase, en Afrique du Nord, également au Liban. Vis-à-vis de la Palestine, Erdogan a toujours été proche des Frères musulmans* du Hamas. Il n’hésite pas à apporter un soutien financier ou humanitaire», souligne Alain Gresh.

Face à la violence des bombardements sur Gaza, le Croissant-Rouge turc a envoyé le 11 mai dernier des médicaments d'urgence et des fournitures médicales pour un montant global de 500.000 livres turques (environ 50.000 euros) au Croissant-Rouge palestinien présent dans l’enclave. En avril dernier, l’Agence turque de coopération et de coordination (TIKA) a également distribué des colis alimentaires à 5.320 familles gazaouies. Présente en Palestine depuis 2005, cette organisation turque s’efforce de secourir les populations palestiniennes dans le domaine de la santé ou de l’éducation. Néanmoins, Alain Gresh tient à nuancer l’influence turque sur l’Autorité palestinienne. Il met en exergue la position conciliante de la communauté internationale:

«La visite en Turquie est surtout symbolique. L’influence turque auprès de l’autorité palestinienne reste limitée. Mais aujourd’hui si Mahmoud Abbas se maintient, c’est que sa politique de répression fait les beaux jours d’Israël. Les États-Unis et l’Europe ont financé les organes de sécurité palestiniens qui répriment les manifestations. Donc, au-delà de timides critiques, l’Union européenne ne bougera pas et la communauté internationale est attachée au statu quo», conclut-il.

À 85 ans, Mahmoud Abbas ne semble pas prêt à quitter le pouvoir.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

Quelle forme pourrait prendre une «guerre mondiale» déclenchée par les États-Unis et la Chine?
Les vaccins à ARN messager modifient notre code génétique? La crainte des anti-vaccins passée au crible
Lassé du bâton occidental, le Liban se tourne vers la carotte de Téhéran, Moscou et Pékin
«Scénario cauchemardesque»: une infection fongique indestructible prolifère aux USA
Tags:
Palestine, Mahmoud Abbas, Turquie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook