Ecoutez Radio Sputnik
    Maxim Vylegzhanin et Nikita Kriukov

    «Sentiments mêlés»: les sportifs russes sur l’annulation par le TAS de leur suspension

    © Sputnik . Valeriy Melnikov
    Jeux olympiques d'hiver de 2018
    URL courte
    Par
    Jeux olympiques d'hiver 2018 (117)
    9173
    S'abonner

    Le Tribunal arbitral du sport (TAS) a annulé la suspension à vie de 39 sportifs russes qui avaient pris part aux JO de Sotchi en 2014. Sputnik s’est entretenu avec deux d’entre eux, les fondeurs et médaillés olympiques Nikita Kriukov et Maxim Vylegzhanin.

    Très ému par l'annulation prononcée ce jeudi par le Tribunal arbitral du sport (TAS) de la suspension à vie qui le frappait, le détenteur de médailles olympiques en ski de fond Nikita Kriukov a toutefois avoué avoir des sentiments mitigés. D'après lui, les sanctions du CIO envers les sportifs russes étaient compréhensibles.

    «D'une part, nous avons gagné, mais de l'autre, quel droit avaient-ils de nous faire plonger dans la boue comme des chatons? De façon injustifiée, en se fondant sur des preuves inexpliquées, même pas sur des preuves mais sur les témoignages inexpliqués d'une seule personne.»

    Pourtant, selon Nikita Kriukov, en apprenant cette nouvelle, il a ressenti une grande joie, jusqu'à en avoir des frissons, c'était comme s'il avait «gagné une compétition». Depuis l'annonce du TAS, il reçoit des appels de ses amis qui ne cessent de le féliciter.

    Le skieur russe n'a pas pu expliquer pourquoi deux organismes internationaux, le CIO et le TAS, ont pris des décisions aussi différentes.

    «Je ne comprends pas sur quoi le premier comme le second se sont fondés. Il est difficile de faire le moindre commentaire», a indiqué Nikita Kriukov.

    L'athlète ne sait pas encore s'il participera ou pas aux JO en Corée du Sud, mais, comme il l'a souligné à Sputnik, il ne voudrait pas y aller sous une bannière neutre.
    Nikita a en outre raconté que les sportifs d'autres pays ne les ont pas tous, lui et les autres sportifs russes, soutenus après que le CIO a porté ses accusations.

    «Certains d'entre eux m'ont épaulé dès le début, d'autres, au contraire, se sont réjouis, ils voulaient même se partager nos médailles. Ils ont parié, ils étaient persuadés que les Russes étaient impliqués partout, qu'ils avaient utilisé le dopage.»

    L'autre interlocuteur de Sputnik, détenteur de trois médailles d'argent aux JO de Sotchi, Maxim Vylegzhanin, espère prendre part à la compétition en Corée du Sud.

    «Maintenant, nos avocats se penchent sur cette question. Pour que je puisse participer aux JO, je dois recevoir une invitation. Et si on réussit, oui, bien sûr, je vais y aller.»

    Pour Maxim, l'annulation de la suspension par le TAS était une bonne surprise.

    «J'ai appris la décision du TAS aujourd'hui, lors de l'entraînement. Cela m'a remonté le moral immédiatement, j'étais prêt à m'entraîner jusqu'au soir.»

    Le sportif russe a en outre ajouté que les accusations et les sanctions du CIO ont beaucoup pesé sur son état d'esprit. Pourtant, l'équipe russe n'a pas cédé.

    «Nous avons continué à nous entraîner et à espérer que la vérité en sortira et que nous allions en Corée du Sud. Je m'y étais préparé», a résumé Maxim Vylegzhanin.

    Le Tribunal arbitral du sport (TAS) a satisfait jeudi les appels de 39 sportifs russes présents aux JO de Sotchi-2014 et sanctionnés par le CIO.

    Ainsi, le TAS a annulé la suspension à vie de 28 sportifs russes, leur permettant ainsi de participer aux JO d'hiver de Pyeongchang qui débutent le 9 février.

    Le TAS a estimé que les preuves étaient «insuffisantes» pour établir les cas de dopage à l'encontre de ces sportifs soupçonnés d'avoir profité d'un système de dopage d'État qui vaut à la Russie d'être suspendue des JO d'hiver.

    L'appel de 11 sportifs russes a été satisfait partiellement: la suspension à vie a été remplacée par une suspension aux JO 2018.

    Dossier:
    Jeux olympiques d'hiver 2018 (117)
    Tags:
    suspension, annulation, JO 2018 de Pyeongchang, JO-2014 de Sotchi, Tribunal arbitral du sport (TAS), Comité international olympique (CIO), Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik