Ecoutez Radio Sputnik
    Le bâtiment du Ministère des Affaires étrangères de la Russie, place Smolenskaïa

    Syrie: une nouvelle victoire pour la Realpolitik russe

    © Flickr/ Chris Guy
    Points de vue
    URL courte
    Situation en Syrie (2014) (607)
    0 426

    Place Smolenskaïa on doit ces dernières heures croiser bien des sourires dans les couloirs du MID.

    Alors que depuis quatre ans, la Russie a fait l'objet des critiques les plus virulentes pour avoir prôné une sortie de crise politique en Syrie, processus impliquant l'ensemble des acteurs dont Bachar el-Assad, elle voit aujourd'hui sa vision confortée par les Etats-Unis.

    John Kerry, le secrétaire d'Etat américain, a déclaré dimanche qu'"au final il faudra négocier" avec Bachar el-Assad. Oui, Sergueï Lavrov doit savourer l'instant. John Kerry lui avait offert deux pommes de terre de l'Idaho en janvier 2014, lors d'une réunion sur la Syrie à Paris, semblant considérer que le ministre des affaires étrangères russes était d'une finesse toute paysanne. Ce mépris de caste se retourne aujourd'hui contre le grand bourgeois du Massachussetts, obligé d'admettre que la justesse de vue était, dès le départ, du côté de son homologue russe.

    Bien entendu John Kerry a tenté de sauver les apparences en assurant que Washington avait toujours considéré qu'il fallait discuter avec le régime syrien. "Nous avons toujours été pour les négociations dans le cadre du processus (de paix) de Genève", a-t-il assuré, rejetant l'échec des pourparlers sur le chef d'Etat syrien. "Assad ne voulait pas négocier. Nous l'encourageons à le faire", a-t-il expliqué. Avec un bel aplomb. Car il faut se rappeler du ton employé par les Américains lors des négociations réunissant représentants de l'ONU, membres de l'opposition et du gouvernement syriens, diplomates Russes et Américains, fin 2013-début 2014. Quelques mois après les accusations d'usage d'armes chimiques lancées contre les forces loyalistes et les menaces de frappes aériennes occidentales, les négociateurs américains s'exprimèrent davantage sur le ton de l'ultimatum que sur celui de la conciliation. Washington, par ailleurs, a longtemps fait du départ de Bachar el-Assad un élément incontournable du règlement politique de la crise.

    La solution russe a été retenue dans le dossier de l'arsenal chimique de Bachar el-Assad, coupant l'herbe sous le pied des Américains, Français et Britanniques partisans de bombardements. Fin janvier 2015 des négociations ont eu lieu sous les auspices du Kremlin, à Moscou, entre 32 représentants de groupes de l'opposition tolérée par les autorités syriennes et 6 envoyés du régime de Damas. En définitive c'est la Russie qui, dans ce dossier, aura toujours eu l'initiative diplomatique avant de voir les " Occidentaux " se rallier à ses vues. Les Russes peuvent se réjouir de cette nouvelle victoire, couronnant leur realpolitik. Cependant le plus difficile commence peut-être.

    Car en dehors des quelques plénipotentiaires qui se sont rendus à Moscou, l'opposition syrienne "modérée" existe-t-elle encore sur le terrain, en Syrie? Pour Georges Malbrunot, spécialiste du Moyen-Orient, le doute n'est pas permis: "les rebelles modérés n'existent plus". Ce constat fait, avec qui va-t-on négocier la mise en place d'un processus de paix? Les fous furieux de l'Etat Islamique (EI)? Al-Nosra, émanation d'Al-Qaïda? Qui?

    Dans les faits, les négociations que les Américains veulent renouer avec Bachar el-Assad vont surtout conduire à bâtir contre le terrorisme wahhabite la coalition de facto la plus invraisemblable qui soit, un "groupement d'intérêts", car nul n'oserait parler d'alliance, entre Damas, le régime chiite irakien, ses alliés iraniens, la Russie et les Etats-Unis. La concertation, fût-elle a minima, entre les autorités américaines et leurs homologues syriennes, dans le cadre des frappes sur l'Etat Islamique, relève déjà du secret de polichinelle. Nous allons sans doute vers une coopération plus étroite mais honteuse, qui ne s'avouera jamais, entre les forces occidentales opérant contre l'EI et les troupes de Bachar.

    Celui-ci, sans doute, acceptera de faire aux opposants modérés en exil les quelques concessions qu'il peut consentir sans mettre en péril son pouvoir. Il ne souhaite qu'une chose: que les fractions wahhabites soient éliminées, la paix rétablie et que, en ce qui concerne son propre destin politique, on considère les comptes soldés.

    Cette perspective, n'en doutons pas, aura un goût de cendres pour tous ceux qui considèrent Bachar el-Assad comme un dictateur sanglant. Sa présence sur les Champs-Elysées lors du 14 juillet 2008, aux côtés de Nicolas Sarkozy, avait déjà ce goût pour ceux qui se rappelaient de l'assassinat, par les services syriens, de l'Ambassadeur de France au Liban, Louis Delamare, en 1981. L'Elysée, jugeant que les intérêts français imposaient la réconciliation avec un régime éminemment critiquable, avait alors rejeté les critiques. A juste titre: l'intérêt de l'Etat doit marcher le premier.

    Mais cet état d'esprit, froidement réaliste, celui de John Kerry aujourd'hui, semble aujourd'hui oublié à Paris.

    François Hollande a vivement critiqué la récente visite de quatre parlementaires français à Bachar, que Manuel Valls, a traité de "boucher". Nicolas Sarkozy, redevenu simple patron d'un parti d'opposition en campagne électorale, a pour sa part qualifié de "gugus" les quatre députés, oubliant de toute évidence qu'un chef d'Etat doit quelquefois accepter de se salir les mains en négociant avec certains de ses homologues. Il sera amusant de voir, dans les mois qui viennent, les circonvolutions auxquelles toutes ces personnalités devront se livrer afin de réussir le rétropédalage qui leur permettra sans perdre la face de s'aligner sur la position américaine. Et sur la position russe…

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Dossier:
    Situation en Syrie (2014) (607)

    Lire aussi:

    Emissaire de l'Onu: Assad "fait partie de la solution" en Syrie
    Hollande "condamne" l'initiative des élus auprès d'el-Assad
    Syrie: les USA exigent la démission d'Assad, comportement cynique
    Expert: Moscou ne lâchera pas Assad pour du pétrole
    Tags:
    Front al-Nosra, ONU, Al-Qaïda, Etat islamique, Louis Delamare, Georges Malbrunot, John Kerry, Bachar el-Assad, Nicolas Sarkozy, Sergueï Lavrov, François Hollande, Manuel Valls, Syrie, France, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik