Points de vue
URL courte
Par
273
S'abonner

Achille Gnaoré est Ivoirien. Il est le président de la Fédération nationale des parlements,Agoras et Orateurs de Côte d’Ivoire (FENAPAOCI). Panafricaniste, il est en outre le coordinateur du projet panafricain UNIRTA dans son pays.

Sputnik: Vous coordonnez le mouvement UNIRTA en Côte d'Ivoire, un projet à vocation panafricaniste lancé par Thierry Mbepgue, activiste camerounais que nous avons déjà eu l'occasion d'interviewer. Quels sont les objectifs recherchés particulièrement en Côte d'Ivoire?

Achille Gnaoré: Les objectifs recherchés en Côte d'Ivoire sont de rassembler les Ivoiriens dans leur entièreté autour d'un idéal, à savoir la souveraineté, la démocratie et la liberté.

Sputnik: Vous parlez effectivement d'idéaux. Comment comptez-vous réaliser ces objectifs et quels sont les éventuels obstacles à leur réalisation?

Achille Gnaoré: Nous comptons réaliser ces objectifs par la sensibilisation, des séminaires de formation et conférences pour expliquer le bien fondé de s'unir pour constituer une force de pression à nos dirigeants afin qu'ils ne se détournent pas des objectifs du peuple.
L'obstacle majeur en Côte d'Ivoire, c'est ce régime répressif qui est instrumentalisé par l'Occident. Le second obstacle est la classe politique occidentale qui n'a pas intérêt à voir l'Afrique s'unir. Cette classe utilise nos propres frères pour leur sale boulot.

Sputnik: En tant que panafricaniste, vous devez certainement accorder une place importante au respect de la souveraineté ivoirienne et africaine en général. Selon vous, où en-est la souveraineté africaine aujourd'hui? En ce sens, quels seraient les bons et les moins bons exemples au niveau continental?

Achille Gnaoré: Il est vrai que plusieurs pays africains ne sont pas encore totalement souverains mais nous sommes à l'étape de la prise de conscience et nous considérons cette phase comme une avancée notable.
Il y a des bons exemples africains où la souveraineté est défendue, notamment l'Afrique du Sud, le Ghana, ou encore la Guinée équatoriale.

Sputnik: Quelle est votre vision en matière de politique africaine extérieure? Quelles orientations les pays africains devraient-ils privilégier?

Achille Gnaoré: Heureusement que les pays du BRICS, notamment la Chine et la Russie avec lesquels l'Afrique entretient d'excellentes relations se sont démarqués de la politique criminelle que l'Occident nous a servi depuis des siècles. La vérité est que la politique extérieure en l'état actuel reste conditionnée par les Occidentaux. Comme pour dire que les Africains ne sont pas libres dans leur collaboration avec l'Occident et c'est déplorable. C'est pourquoi le projet UNIRTA arrive à point nommé. Puisque c'est dans l'union que réside la liberté tant dans la politique extérieure qu'intérieure.

Sputnik: On suit avec attention les procès en cours à la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye contre Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé. En tant qu'Ivoirien, que vous inspirent ces procès? Et quelles perspectives les résultats de ces procès pourraient avoir sur votre pays?

Achille Gnaoré: Ces procès nous démontrent une fois de plus que nombre d'Etats africains ne sont pas souverains. C'est une forme de déportation rendue juridique par l'Occident, en créant la CPI pour y juger les chefs d'Etats qu'ils trouvent récalcitrants.

Les perspectives des résultats que pourraient avoir ces procès sur la Côte d'Ivoire:

Premièrement, ces procès sont injustes et honteux. Le président Laurent Gbagbo et le ministre Charles Blé Goudé doivent être libérés. Par cet acte la CPI retrouvera sa crédibilité d'une part et d'autre part cela entrainera une sincère réconciliation. Une réconciliation profonde et vraie en Côte d'Ivoire.

Secundo, si le président Gbagbo et le ministre Blé Goudé ne sont pas libérés dans ces procès honteux et injustes, la crédibilité de la CPI sera mise en mal d'une part et d'autre part la réconciliation en Côte d'Ivoire ne pourra certainement pas se faire. Car en toute sincérité en Côte d'Ivoire aucune réconciliation ne peut se faire sans ces deux personnalités qui sont des figures emblématiques de la démocratie dans ce pays. Mais j'irai plus loin pour dire, en Côte d'Ivoire nul l'ignore, le président Laurent Gbagbo est le père de la démocratie.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

Lire aussi:

Piraterie: un pétrolier pris d'assaut au large de la Côte d'Ivoire
L'Ukraine enverra des casques bleus en Côte d'Ivoire
L'ONU enquête sur une bousculade de Nouvel an en Côte d'Ivoire
Côte d’Ivoire : 60 morts dans une bousculade
Tags:
politique étrangère, Côte d'Ivoire
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook