Ecoutez Radio Sputnik
    Theresa May

    La renaissance de la politique anglo-saxonne Powell grâce à l’affaire Skripal

    © Sputnik . Alex McNotton
    Points de vue
    URL courte
    Youri Apreleff
    Expulsion de diplomates russes et riposte (58)
    9264

    Le mois de mars 2018 a été le théâtre d’une crise politique et diplomatique sans précédent entre la Russie et l’Occident autour de l’empoisonnement d’un ex-espion russe en Grande-Bretagne. Malgré le fait que les enquêtes soient en cour, les chancelleries occidentales ont soutenu les accusations sans preuve de Theresa May. Qu’en est-il vraiment?

    Le 4 mars 2018, Sergei Skirpal et sa fille Ioulia sont retrouvés inanimés sur un banc de la petite ville anglaise de Salisbury. Un policier s'étant approché pour leur porter secours est lui aussi victime d'empoisonnement.

    Mais qui est donc Sergei Skripal? C'est un ancien colonel russe du GRU (l'équivalent du renseignement militaire français), qui a été condamné en Russie et incarcéré en 2006 pour avoir divulgué des informations au MI5, le renseignement britannique. Son incarcération a pris fin en 2010 lors d'un échange qualifié d'historique par Barack Obama entre la Russie et les USA. 10 agents russes arrêtes par les renseignements britanniques sont alors échangés contre 4 agents doubles détenus en Russie, dont Sergei Skripal. Celui-ci trouvera ensuite asile en Angleterre. Sa fille Ioulia est une citoyenne russe de 33 ans.

    D'après les premières informations publiées le 5 mars dans les médias anglais, les trois personnes empoisonnées ont été victimes d'un gaz innervant.

    La police britannique ouvre une enquête, et au vu de la médiatisation de l'affaire, chaque piste explorée est systématiquement communiquée. Ceci explique la raison pour laquelle au moins de six versions de cet empoisonnement ont déjà circulé dans les médias.

    La première version de cette attaque indique que ce serait une valise portée par Ioulia Skripal qui contenaient le poison.

    Le 11 mars, les autorités britanniques expliquent que le produit a été retrouvé dans un restaurant et dans un pub où s'étaient rendues les deux victimes, non loin du parc. Toujours dans cet article, un médecin explique qu'environ 500 personnes ont pu être exposées mais que «Le risque pour le grand public reste faible et je suis confiant qu'aucun de ces clients ou du personnel aura subi un préjudice».

    Le 18 mars, des officiels du renseignement américain disent à ABC que c'est par le système de ventilation de leur voiture que l'empoisonnement a eu lieu.

    Le 28 mars les enquêteurs indiquent que les traces les plus importantes ont été découvertes au domicile, suggérant que les Skripal auraient donc été empoisonnés à leur domicile.

    Face à cette accumulation de versions, Dean Haydon, de la police londonienne tente d'expliquer que «Des traces de l'agent innervant ont été trouvées dans d'autres lieux sur lesquels les enquêteurs ont travaillé ces dernières semaines, mais à des concentrations plus faibles que celle trouvée à son domicile».

    Et enfin le 02 avril, The Sun, en citant des sources au sein des services de sécurité anglaises, explique que le poison aurait pu être contenu dans du sarrasin ramené de Russie à la demande de Sergei Skripal.

    Cette multiplication de version s'explique simplement. Les enquêtes étant en cours, toutes les pistes sont envisagées.

    On ne comprend cependant pas comment les autorités britanniques, par le biais de leur Premier ministre, ont pu 48h après l'incident soupçonner «très fortement» la Russie. D'autant que dès le 09 mars, les autorités russes se proposent de participer à l'enquête, sachant que deux des victimes sont de la nationalité de ce pays.

    Cette demande, de nouveau formulée le 13 mars, est rejetée par le gouvernement britannique, qui fait circuler dans les médias le nom du produit qui aurait été utilisé: le Novichok.

    Cette déclaration, survenant une semaine après les faits, laisse dubitatif. En effet, tous les experts qui ont défilé sur les plateaux télé pour en parler ont répété en boucle que seule la Russie possédait et pouvait fabriquer ce produit datant de l'URSS. Or, en creusant l'information, il apparait que la personne se revendiquant être l'inventeur de ce produit, Vil Mirzayanov, est un chimiste russe réfugié aux Etats-Unis. Ce chimiste a publié un livre en 2008 dans lequel il précise et détaille les effets du Novichok ainsi que sa composition, que l'on peut retrouver sur… Wikipédia. Il apparait que l'usine de fabrication du produit, en Ouzbékistan, a été démantelée par les USA en 1999, comme nous l'apprend un article du New York Times de l'époque. Les USA ont donc à minima accès au produit. Selon son concepteur, ce produit serait 7 à 10 fois plus puissant que le VX, tuant donc instantanément. Il serait incurable, de niveau militaire.

    Alors on ne comprend pas comment il est possible que selon les déclarations du médecin étant intervenu sur place et parlant de 500 personne exposée, ou de Theresa May qui indiquait le 26 mars que 130 personnes au moins avaient été exposées, personne n'ait été ne serait-ce qu'hospitalisé.

    Pire encore, le policier présenté comme étant dans un état critique est sorti de l'hôpital dès le 22 mars en déclarant au Guardian que les médecins lui ont assuré qu'il n'aurait aucune séquelle. La fille de Sergei Skripal est elle aussi sortie du coma, le 29 mars, dans un état qualifié de «s'améliorant quotidiennement» alors même que la veille une interview de la nièce de Sergei Skripal assurait qu'il y avait «1% de chance pour qu'ils survivent».

    Il est donc difficilement compréhensible que ce produit ait été utilisé, de même qu'il est incompréhensible de comprendre comment le gouvernement anglais a pu en une semaine déterminer la substance alors même que l'OIAC, participant à l'enquête à la demande du juge Williams car il affirme ne pas avoir les moyens nécessaires à sa disposition, a répondu qu'il lui faudrait au moins deux semaines dans les laboratoires les plus réputés pour ne serait-ce que déterminer le produit utilisé.

    De même que l'on peut s'intéresser à la réaction de Porton Down, le laboratoire militaire de l'Angleterre situé à seulement 13 km du lieu de l'incident. Son directeur affirme en effet ne pas avoir pu prouver que le produit est de fabrication russe, mais plus intéressant encore, il affirme que celui-ci n'a pas pu sortir de ses murs car «tout est bien protégé». Cela signifie à demi-mot que ce laboratoire dispose lui aussi de Novichok. Pourtant, en octobre 2017, l'OIAC a publiquement félicité la Russie pour avoir détruit son stock d'armes chimiques.

    Malgré le fait que de nombreuses incohérences subsistent, que selon la police britannique et l'OIAC l'enquête prendra des mois, et que même le laboratoire militaire anglais n'a pas pu prouver l'origine russe du produit, Theresa May a officiellement accusé la Russie le 12 mars en exigeant des preuves qu'elle n'est pas responsable.

    En droit international, comme dans la totalité des droits internes, la charge de la preuve pèse pourtant sur l'accusateur, et non sur l'accusé. Cela n'a pas empêché les pays occidentaux de soutenir leur allié dans cette hystérie.

    Le 14 mars, Londres expulse 23 diplomates russes et Donald Tusk, le Président du Conseil européen, déclare lui aussi que «c'est très probablement la Russie».

    Le lendemain, Paris, Berlin et Washington se joignent à Londres en déclarant que «la responsabilité russe est la seule explication plausible». Le ministre de la Défense anglais va jusqu'à déclarer «la Russie devrait fermer sa bouche et partir d'ici».

    Moscou répond le 17 mars en expulsant à son tour 23 diplomates anglais. La semaine suivante le conflit diplomatique s'emballe, avec 18 pays de l'UE, les USA et d'autres Etats qui expulsent au total plus de 150 diplomates russes «par solidarité».

    Les 29 et 30 mars Moscou répond en expulsant le même nombre de diplomates de son territoire.

    Tout cela s'est fait sans aucune preuve avancée par l'Angleterre, en violation totale du droit international, sans la moindre logique dans les faits. Il est donc difficile de ne pas se rappeler Tony Blair et son engouement pour la fiole de Colin Powell au Conseil de sécurité de l'Onu en 2002, qui sur un mensonge éhonté (jamais jugé) a mené au désastre humain qui subsiste encore en Irak.

    Alors à qui profite cette affaire? Certainement pas à la Russie, qui n'aurait jamais pris le risque de remettre en cause la Coupe du Monde qui aura lieu sur son territoire cet été pour un simple agent double qui a passé 4 années en prison avant d'être échangé. Pas plus qu'elle aurait eu le moindre intérêt à le faire à 10 jours de la présidentielle russe.

    Le gouvernement britannique, et en particulier Theresa May, en profitent cependant énormément. Non seulement le Brexit est passé au second plan, mais en plus le 19 mars, en pleine affaire Skirpal, l'Union européenne et la Grande Bretagne trouvent un accord extrêmement favorable à Londres sur le Brexit après 100 jours de négociations calamiteuses.

    Pour Theresa May un deuxième avantage survient, car son principal opposant, Jeremy Corbyn, est mis au ban de la politique anglaise pour avoir demandé d'attendre les résultats des enquêtes avant de prendre des sanctions.

    Mais imaginons que malgré tout cela la Russie soit responsable. Comment explique-t-on cette réaction politique alors que la guerre des services de renseignement a toujours fait rage?

    L'exemple de Khaled Meshaal en Jordanie en 1997, empoisonné par le Mossad, n'avait pas provoqué cette réaction. Pas plus que le fait que Vincent Nouzille, un spécialiste de la DGSE, ait publié un livre en 2015 dans lequel il explique que la France, comme chaque Etat, a un service de «tueurs de la République» ayant pour mission d'éliminer à l'étranger des personnes jugées dangereuses pour la sécurité nationale. Il est incroyable que les Occidentaux s'insurgent autant pour ce qu'eux-mêmes font depuis des toujours. 

    En conclusion, personne ne sort grandit de cette affaire. Les diplomates sont là pour parler, car le dialogue évite les guerres. Les expulser, c'est mettre en péril la parole, et donc la paix. Il semble que l'Angleterre et ses alliés soient prêts à sacrifier un dialogue crucial pour des intérêts plus que douteux dans des affaires dont on ne peut que soupçonner du complotisme tant elles ne tiennent pas debout. N'oublions jamais l'Irak et la politique Powell.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Dossier:
    Expulsion de diplomates russes et riposte (58)

    Lire aussi:

    Affaire Skripal: May et Johnson devront «présenter leurs excuses» à la Russie
    Le Kremlin dénonce des contradictions dans l’affaire Skripal
    Retour sur l’affaire Skripal
    Tags:
    Brexit, Union européenne (UE), Jeremy Corbyn, Donald Tusk, Colin Powell, Vladimir Poutine, Theresa May, Ioulia Skripal, Sergueï Skripal, États-Unis, France, Russie, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik