Ecoutez Radio Sputnik
    Un supermarché à Moscou

    Les exportateurs africains et l’eldorado russe

    © Sputnik . Vladimir Pesnya
    Points de vue
    URL courte
    Mikhail Gamandiy-Egorov
    11531

    La crise entre l’Occident et la Russie ouvre des perspectives prometteuses à d’autres acteurs économiques. La place laissée libre par les producteurs occidentaux, notamment dans l’agroalimentaire, pourrait ainsi bénéficier aux pays africains.

    La Russie représente encore un marché clé pour de nombreux exportateurs européens, qu'ils soient français, allemands, italiens, grecs ou autres. Pourtant, les pays de l'UE ont perdu pour très longtemps, voire pour toujours, de larges parts de marché dans le secteur agroalimentaire.

    Les producteurs nationaux russes ont parfaitement su tirer leur épingle du jeu, au point qu'au-delà de l'autosuffisance dans plusieurs secteurs-clés, la Russie est devenue une puissance exportatrice de premier plan: elle s'est même hissée en 2017 à la première place mondiale des exportations de blé, devant les États-Unis, son principal concurrent à l'export.

    Mais il serait également juste de rappeler que plusieurs pays non-occidentaux ont su profiter des occasions que représentent les contre-sanctions russes aux sanctions occidentales, y compris dans le secteur agroalimentaire. Parmi eux et hormis des pays voisins d'ex-URSS —hors Ukraine et pays baltes-, on retrouve la Turquie, l'Égypte, le Maroc, l'Afrique du Sud, la Chine, le Vietnam, le Brésil, l'Argentine, entre autres. L'Algérie voit aussi s'ouvrir des perspectives intéressantes et l'Afrique subsaharienne, en plus de l'Afrique du Sud, y aurait toute sa place.

    De plus, commercer avec la Russie ouvre potentiellement les portes d'un marché encore plus vaste, celui de l'Union économique eurasiatique, qui comprend déjà la Russie, le Kazakhstan, la Biélorussie, l'Arménie et le Kirghizistan. Le Tadjikistan, lui, est candidat officiel à l'adhésion et la Moldavie est quant à elle membre observateur. Au total un marché de plus de 180 millions de personnes.

    L'Afrique dispose d'un climat unique, propice notamment à la production de fruits exotiques —appréciés des consommateurs russes. Et à condition de créer des conditions favorables, les producteurs d'Afrique subsaharienne auraient toutes les chances de réussir. Et si jusqu'ici les exportateurs africains étaient surtout focalisés sur les pays européens ou du Moyen-Orient, il serait probablement temps aujourd'hui de penser à tisser des liens avec des partenaires russes. À cet effet, une intensification de contacts d'affaires entre les producteurs et entrepreneurs des deux parties, avec le soutien de leurs autorités respectives, serait sans aucun doute la solution.

    Et à l'heure du retour de la Russie sur le continent africain, les opportunités mutuellement bénéfiques vont se multiplier, et pas uniquement dans l'agroalimentaire. Les voyages de délégations africaines en Russie, comme russes en Afrique, se sont multipliés au cours de ces derniers mois, des contacts facilités par plusieurs facteurs. Tout d'abord, l'Afrique dispose d'un nombre conséquent de cadres ayant été formés en URSS et en Russie. De plus, de tels échanges bénéficient du soutien des opinions publiques respectives de chaque pays: on sait par exemple que la Russie, notamment grâce à sa politique actuelle, est grandement appréciée dans pratiquement l'intégralité du continent africain.

    Côté russe, les élites libérales de l'ère Eltsine, ayant crié et juré que l'avenir de la Russie est «uniquement avec l'Europe et l'Occident», ayant été écartées, le temps des illusions est bel et bien terminé. La Russie coopérera avec ceux qui respectent sa souveraineté, ses intérêts et ses valeurs —comme la Russie respecte et respectera les leurs.

    Tout cela pour dire qu'il ne faudra pas s'étonner que la Russie et l'Afrique multiplient dans un avenir proche leurs échanges bilatéraux. De l'aveu des intéressés, il est aujourd'hui évident que la Russie peut beaucoup apporter à l'Afrique, comme l'Afrique peut beaucoup apporter à la Russie. Et cela concerne notamment les domaines sécuritaire, technologique, agroalimentaire, énergétique, minier, éducatif, culturel, du nucléaire civil. L'essentiel étant que la Russie, tout en pensant évidemment à ses intérêts, saura indéniablement aussi respecter et tenir compte ceux de ses partenaires africains. Ce fut le cas lors de la période soviétique, cela restera le cas avec la Russie contemporaine.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    La Russie a besoin d'une nouvelle stratégie en Afrique
    Quand la Russie dame le pion à l’Occident dans le Maghreb
    L'Afrique en force au Forum économique de Saint-Pétersbourg
    Tags:
    exportations, marché, Union européenne (UE), Afrique subsaharienne, Arménie, États-Unis, Tadjikistan, Algérie, Afrique, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik