Ecoutez Radio Sputnik
    Pretoria

    Russie-Afrique du Sud: d'une pierre, deux coups

    © Sputnik . Vitaly Belousov
    Points de vue
    URL courte
    Mikhail Gamandiy-Egorov
    12443

    Le partenariat entre Moscou et Pretoria a le vent en poupe. Déjà très fort dans les domaines politique, économique, culturel, sans oublier l’agroalimentaire, il est amené à se développer dans un domaine inattendu: Moscou propose en effet une solution à l’épineux problème des fermiers blancs qui doivent laisser leurs terres aux noirs.

    Depuis la chute du régime raciste d'apartheid, les relations entre la République sud-africaine et la Fédération de Russie ont toujours été cordiales. Rien d'étonnant, sachant que l'ANC, le parti au pouvoir depuis la fin de la dictature néocoloniale, a été activement soutenu en son temps par l'Union soviétique. D'ailleurs, plusieurs des représentants de l'élite sud-africaine post-apartheid ont été formés dans des universités russes.

    Le nouveau président sud-africain, Cyril Ramaphosa, est en ce sens dans la lignée de ses prédécesseurs, à savoir un partisan d'une relation forte avec Moscou, d'autant plus que les deux nations sont toutes deux membres de l'alliance BRICS. Illustration de ce partenariat privilégié, les deux pays ont lancé l'année dernière un régime sans visas pour leurs citoyens respectifs, pour des séjours jusqu'à 90 jours, donnant une impulsion supplémentaire à la promotion des investissements et du tourisme.

    Par ailleurs, l'agence fédérale russe de l'énergie atomique (Rosatom) devrait construire une centrale nucléaire en terre sud-africaine, même si cela déplaît énormément aux concurrents occidentaux du projet et à leurs amis héritiers de l'apartheid, se trouvant aujourd'hui dans l'opposition. Secteur des mines, bourses d'études, manifestations culturelles conjointes,… Russie et RSA ne comptent pas s'arrêter en si bon chemin: récemment, un nouveau volet est venu s'ajouter à cette longue liste de domaines de coopération… Assez inattendu.

    Le leader sud-africain a en effet récemment annoncé qu'il comptait revenir à la question sensible qui tracasse depuis de longues années la société du pays: celle de la transmission des terres agricoles aux mains des représentants de la majorité noire. Car faut-il le rappeler, les meilleures terres agricoles de la nation arc-en-ciel restent détenues par des représentants de la minorité blanche. À la différence du Zimbabwe, de Nelson Mandela à Jacob Zumba, en passant par Thabo Mbeki, le leadership sud-africain a été vraiment très —certains diront trop- patient à ce sujet.

    Si cela devait arriver, il serait bon de dire que cette décision serait amplement justifiée, sachant que nombre d'agronomes qualifiés noirs ont été formés depuis la chute de l'apartheid. Que d'autre part, il est effectivement illogique qu'une minorité issue du colonialisme puisse continuer à profiter d'un système né durant une époque d'injustice et de discrimination. Et qu'enfin, la République sud-africaine est un pays souverain, ayant droit d'adopter les mesures jugées nécessaires par ses représentants élus démocratiquement.

    Mais que faire de ces fermiers blancs, pour la plupart descendant des Afrikaners néerlandophones, et hautement qualifiés dans le domaine qui les concerne? Eh bien, la Russie, qui offre depuis déjà plusieurs années des conditions inespérées dans le domaine agroalimentaire, notamment après l'établissement des sanctions occidentales à son endroit et les contre-mesures russes visant grand nombre de produits occidentaux, a ouvert la porte aux nombreux fermiers afrikaners afin de leur permettre de venir s'installer en terre russe. Un message vraisemblablement bien accueilli, puisque déjà 15.000 fermiers sud-africains sont arrivés dans le sud de la Russie et comptent se lancer dans un business qu'ils maîtrisent si bien. La terre russe, surtout celle du sud, leur offre d'une part un climat et des conditions de travail propices, sans oublier d'autres avantages fournis par le gouvernement local. Côté sud-africain, ces fermiers se disent prêts à investir chacun pas moins de 100.000 euros pour pouvoir lancer leur production. Faites le compte: 15.000 fermiers x 100.000 euros, cela fait déjà 1,5 milliard d'euros que le budget russe pourra recevoir, ajouté à cela l'énorme savoir-faire des fermiers en question.

    Moscou fait d'une pierre, deux coups: d'une part, elle maintient de très bons rapports avec le gouvernement sud-africain, élargit au maximum le portefeuille de projets conjoints, tout en contribuant d'une certaine façon au règlement d'un problème né durant une phase sombre de l'histoire d'Afrique du Sud.

    D'autre part, sachant que la Russie est devenue un nouvel eldorado pour les projets dans le secteur agroalimentaire, avec l'arrivée de ces milliers de spécialistes sud-africains hautement qualifiés, elle porte un coup supplémentaire aux intérêts occidentaux. C'est désormais certain: tout retour éventuel des produits agroalimentaires européens sur le marché russe sera extrêmement difficile.

    Certains sceptiques nous annonçaient de grandes difficultés pour la Russie. Une fois encore, le pays ne fait qu'en sortir renforcé.
    Il y a toujours des alternatives. L'essentiel est de les saisir. 

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Témoignages de Boers souhaitant immigrer en Russie (photos)
    L’Afrique du Sud à deux pas de l’expropriation des fermiers blancs?
    La Russie en Afrique : le grand retour?
    Tags:
    relations, Afrique, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik