Politique
URL courte
Par
5113812
S'abonner

Alors que la plus grande mosquée de Montpellier était sur le point d’être rachetée pour un euro symbolique par une association proche du Maroc, son maire a décidé le 6 décembre d’exercer son droit de préemption, qualifiant cette cession d’«ingérence d’un État étranger dans les affaires cultuelles de notre pays».

Michaël Delafosse, maire de Montpellier, s’est opposé à la vente de la mosquée Averroès, la plus grande de la ville, située dans le quartier de La Paillade, afin de «garantir l’indépendance de ce lieu de culte de la ville», rapporte Midi libre.

Les responsables de la mosquée avaient lancé une procédure de vente à l’Union des mosquées de France, une association proche du Maroc, pour un euro symbolique, ce qui aurait permis de couvrir les charges de fonctionnement et de financer des projets d’agrandissement.

«On a besoin de fonds, il faut refaire la toiture, c’est 150.000  euros. Il y a trop de charges», explique au quotidien Lhoussine Tahri, son responsable actuel.

Cependant, la mairie a décidé dimanche 6 décembre d’intervenir par voie de communiqué:

«L’actuel projet de cession, à l’euro symbolique, soulève un certain nombre de questions, dont celui de la prise de contrôle par une puissance étrangère», indique la municipalité, mettant également en avant le principe de laïcité qui «garantit la neutralité de la puissance publique, permet l’égalité de tous les cultes et exclut toute ingérence étatique dans les questions religieuses».

Le maire se justifie

Interrogé par Midi libre, Michaël Delafosse a annoncé son intention de «préempter pour essayer d’empêcher cette cession-là».

«Ce qui se passe à Montpellier se passe ailleurs. En France, on demande la neutralité de l’État et là, un État étranger viendrait s’ingérer dans les affaires cultuelles de notre pays? C’est une ingérence, il faut dire stop», dénonce auprès du quotidien Michaël Delafosse qui s’estime fondé à agir rapidement.

En outre, cette mosquée est incluse dans le périmètre de l’opération de réhabilitation de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU) en cours sur le quartier de La Paillade, «on y définit les programmes d’aménagement que nous voulons réaliser», précise l’élu.

Lire aussi:

Policier tué à Avignon: ce que l'on sait du tireur
Le nombre de patients atteints du Covid-19 en réanimation en France continue de baisser
Étrange ballet d’objets lumineux dans le ciel d’Alger
Le pass sanitaire français «ressemble beaucoup à ce que propose Davos, qui est la mise en place d’un système de traçage»
Tags:
ventes, mosquée, Montpellier, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook