Politique
URL courte
Par
19252
S'abonner

En poursuivant son échange de piques avec Marine Le Pen, Christophe Castaner a accusé sur Europe 1 son parti de racisme, d’antisémitisme et d’être financé par l’étranger.

Invité ce mercredi 3 mars dans la matinale d’Europe 1, Christophe Castaner a répondu à Marine Le Pen qui l’avait accusé d’avoir un argumentaire «de feignasse».

Le président du groupe La République en marche (LREM) à l’Assemblée nationale a insisté sur le fait qu’il faisait la différence entre ses adversaires et les «ennemis de la République».

Parlant du Front national, du Rassemblement national et de Marine Le Pen en personne, il a signalé qu’il ne fallait pas oublier les racines et l’histoire de cette formation politique «parfois raciste, parfois antisémite», mais aussi ses «soutiens» et «les mauvaises fréquentations» de ce «parti qui remet en cause le droit des homosexuels».

Il a cité parmi ses soutiens Génération identitaire.

«C’est un parti qui est financé par l’étranger, c’est un parti qui n’est pas républicain», a martelé M.Castaner.

À la question de savoir s’il en avait la preuve, l’ancien ministre a avancé:

«Les prêts russes. J’en ai non seulement la preuve, mais nous savons que le Front national a été condamné par la justice russe. Vous vous rendez compte? C’est le parti de l’étranger.»

«Cette litanie est un argument de feignasse»

La veille, toujours sur Europe 1, Marine Le Pen avait estimé que l’expression «ennemie de la République» utilisée à son encontre par M.Castaner était un «argument de feignasse».

«J'aimerais bien qu'il [Christophe Castaner] exprime des arguments. Cela fait des années qu'on nous sort cette litanie des "ennemis de la République", "un parti non républicain". On n'a jamais eu un élément précis. Je crois que c'est un argument de feignasse», a-t-elle déclaré.

Lire aussi:

L'ancien ministre Éric Raoult est mort
Expulsion de diplomates, interdiction d'entrée: Moscou riposte aux sanctions US
Sans assimilation, le risque «d’une guerre de tous contre tous»? – vidéo
Tags:
Rassemblement national (RN), Marine Le Pen, Christophe Castaner
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook