Politique
URL courte
Par
9720
S'abonner

La réaction du patron de LREM Stanislas Guerini à un tweet de Jordan Bardella concernant la photo d’une femme voilée sur une affiche électorale pour les départementales à Montpellier divise le parti. Certains «marcheurs» soutiennent que le RN ne doit pas dicter l’agenda politique de La République en marche.

La question du port du voile sur les affiches électorales de La République en marche crée la polémique au sein du parti.

Des remous suscités par un tweet du vice-président du Rassemblement national Jordan Bardella qui a pointé la photo d’une candidate voilée sur une affiche électorale à Montpellier.

«C’est cela la lutte contre le séparatisme?» a-t-il tweeté lundi soir, interpellant Marlène Schiappa.

Jordan Bardella a été retweeté par le délégué général de LREM Stanislas Guerini qui a demandé de changer la photo, la jugeant incompatible avec les valeurs du parti d’Emmanuel Macron.

«Les valeurs portées par LREM ne sont pas compatibles avec le port ostentatoire de signes religieux sur un document de campagne électorale. Soit ces candidats changent leur photo, soit LREM leur retirera leur soutien.»

Même son de cloche chez Attal

Une réaction partagée par le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal.

«Pour LREM, on ne souhaite pas présenter de candidat qui s’affiche sur des documents officiels de campagne avec un signe ostensible religieux. C’est une question de choix politique», avance-t-il au micro de France Inter après avoir reconnu que juridiquement, rien n’empêchait «une personne de se présenter à une élection avec un signe religieux».

Mais la position de MM.Guerini et Attal ne fait pas l’unanimité au sein de LREM.

Le port du voile, le choix de chacun

La députée du Val-d’Oise Cécile Rilhac estime que le foulard de la candidate sur la photo n’est pas contraire à la loi républicaine et que l’extrême droite ne doit pas «dicter notre agenda politique et encore moins les règles électorales».

«Le port du voile n’est pas interdit aux candidats aux élections françaises. C’est le choix de chacun: candidats et électeurs», signale la députée de Maine-et-Loire Stella Dupont en retweetant sa collègue.

Une autre députée LREM du Val-d’Oise, et vice-présidente de la Commission des lois, Naïma Moutchou, a elle aussi fait part de son désaccord avec Stanislas Guerini. Elle juge qu’écarter cette candidate serait discriminatoire, car la loi protège les convictions religieuses et la liberté de les afficher en campagne électorale.

«Le mépris du droit, c’est l’agenda du RN, pas le nôtre», insiste-t-elle.

Lire aussi:

Genou à terre des joueurs de l’équipe de France: «Un signe de soumission idéologique»
Les États-Unis vont-ils utiliser la mer Noire comme prochaine zone de conflit contre la Russie?
Une sénatrice française appelle directement à l'ingérence en Algérie
Tags:
Jordan Bardella, Stanislas Guérini, La République en Marche! (LREM)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook