Politique
URL courte
Par
418245
S'abonner

Alors qu’il a déjà rencontré plusieurs candidats de droite, Nicolas Sarkozy a également déjeuné avec Emmanuel Macron, affirme Le Figaro. Si le contenu de leur conversation n’a pas été dévoilé, des sources évoquent un «programme d’association en vue de 2022».

Jeudi 9 septembre, avant la cérémonie d’hommage à Jean-Paul Belmondo, Emmanuel Macron s’est entretenu avec Nicolas Sarkozy lors d’un déjeuner à l’Élysée, a révélé BFM TV, une information confirmée par Le Figaro. Les proches du Président et ceux de son prédécesseur n’ont rien dévoilé de la rencontre, censée rester confidentielle.

En effet, d’après le quotidien, l’ancien chef d’État est entré par la grille arrière du palais présidentiel. L’entourage de Macron affirme qu’il est «arrivé avec un programme d’association en vue de 2022», mais d’autres se montrent plus vagues en évoquant un simple «tour d’horizon de l’actualité politique et internationale».

La rencontre en a en tout cas étonné plus d’un au vu du calendrier, à l’heure où Emmanuel Macron est de plus en plus considéré comme un candidat en campagne, et non un Président.

«Je veux deux cents jours d’action résolue, des actes et de l’humilité. Cent jours pour défendre le bilan, cent jours pour la séquence électorale», a-t-il lancé mercredi en Conseil des ministres, d’après Le Figaro.

Interrogée sur le sujet sur BFM TV, Nadine Morano (Les Républicains) y voit davantage une rencontre «normale» entre un Président en exercice et un ancien Président.

«Pour moi il n’y a rien de choquant, je trouve que c’est plutôt un bon fonctionnement de la démocratie», commente-t-elle.

Elle exclut par ailleurs tout soutien de M.Sarkozy à M.Macron, rappelant qu’il a toujours «sa carte chez les Républicains».

Rencontres avec la droite

Bien qu’officiellement en retrait de la vie politique, Nicolas Sarkozy est resté très influent à droite, au point qu’il est sollicité par la plupart des candidats déclarés à la présidentielle. Ainsi, il a rencontré cet été Michel Barnier, puis Valérie Pécresse le 2 septembre. Ce vendredi, il s’est entretenu avec Philippe Juvin.

Un déjeuner avec Xavier Bertrand est prévu le 20 septembre, bien que ce dernier refuse de participer à la primaire. À ce sujet, l’ancien chef de l’Union pour un mouvement populaire (UMP) préfère ne pas prendre parti.

«Il ne s’est pas prononcé en faveur de la primaire. Il ne veut pas s’en mêler», assure un de ses proches dans Le Parisien.

À la fin du mois, le parti devrait annoncer les modalités du scrutin. Le maire LR d’Antibes Jean Leonetti, chargé de réfléchir au meilleur moyen pour désigner le candidat de la droite, assurait dans Le Figaro le 7 septembre que la primaire aura bien lieu. Mais il voit logiquement d’un mauvais œil l’attitude de Xavier Bertrand: «S’il refuse [la primaire], il apparaîtra comme une candidature dissidente», prévient-il.

Lire aussi:

Sous-marins: l'Australie assure avoir été «franche» avec la France
Une voiture fonce sur une terrasse en centre-ville de Fontainebleau, plusieurs blessés
Sous-marins: Canberra et Washington réagissent au rappel des ambassadeurs français
Tags:
Nicolas Sarkozy, Emmanuel Macron, soutien, Présidentielle française 2022, Les Républicains (LR)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook