Ecoutez Radio Sputnik
    Poste de contrôle des troupes de défense antiaérienne

    Des tests de missiles en Méditerranée ont semé le trouble

    © Sputnik. Mikhail Fomichev
    Lu dans la presse
    URL courte
    0 21441

    La communauté internationale a été intriguée hier par l'annonce du lancement de deux missiles-cibles en provenance du centre de la Méditerranée et dirigés vers le littoral est, écrit mercredi le quotidien Rossiïskaïa gazeta.

    La communauté internationale a été intriguée hier par l'annonce du lancement de deux missiles-cibles en provenance du centre de la Méditerranée et dirigés vers le littoral est, écrit mercredi le quotidien Rossiïskaïa gazeta.

    Leur lancement a été détecté à 8 heures 16, heure de Paris, par le radar d'alerte avancé Voronej, basé à Armavir. Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a immédiatement rendu compte de cet événement alarmant au président. Cette information a ensuite été diffusée dans les fils d'actualité et aux quatre coins du monde on a commencé à se demander qui avait tiré sur qui. Première interprétation: les navires américains avaient finalement attaqué la Syrie. Cependant, le Pentagone a formellement démenti l'agression. Les généraux de l'Otan et les dirigeants de l'UE ont également nié leur implication dans ces lancements.

    Tout est revenu dans l’ordre au cours de l'après-midi, lorsque le ministère israélien de la Défense a déclaré qu'Israël, en coopération avec les militaires américains, avait procédé à un essai de missiles-cibles pour tester son bouclier antimissile (ABM). Traduction: une cible balistique est un objet qui peut être de petite ou de grande taille et vole sur une trajectoire donnée. Un obus est également une cible balistique pour un radar. Par ailleurs, la trajectoire balistique peut être passive ou active selon que la cible change de direction en fonction du programme de contrôle installé ou obéit aux signaux extérieurs. Dans le cas présent, il s'agissait donc de missiles-cibles destinés à tester l'efficacité de l'ABM israélien.

    Le tir de missiles Sparrow utilisés par Tel-Aviv pour tester son bouclier antimissile a commencé en avril 2013. La cible Blue Sparrow a été conçue par la compagnie israélienne Rafael. Elle est dotée d'un système de navigation inertielle (INS) et GPS, ainsi que d'un système de coordonnées 3D de contrôle d'altitude. En termes de diapasons thermiques et radar la signature du Blue Sparrow est proche des missiles réels, plus précisément des iraniens Shihab-3 d'une portée d'environ 1 800 km. Sans compter qu'il est capable d'imiter exactement l'axe de déplacement de ces missiles.

    La défense israélienne a-t-elle été efficace ? Difficile à dire. En revanche, on peut clairement parler de la fiabilité des radars russes. Le radar de diapason décimétrique Voronej en service à Armavir a une fois de plus prouvé ses capacités uniques. Depuis plusieurs années ce radar suit tous les lancements de missiles sur l'axe stratégique sud. Le site d'Armavir fournit aux QG les informations sur la situation balistique sur une grande superficie – jusqu'au sud de l'Europe, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

    L'œil vigilant de Voronej balaie sur 4 200 km et sa portée pourraient être augmentée jusqu'à 6 000 km en cas de besoin. Selon certaines informations, la Russie compte construire encore cinq ou six radars de ce type. Avec les radars existant à Lekhtoussi, Kaliningrad, Armavir et Irkoutsk ils "ceintureraient" la Russie pour protéger le pays contre une attaque balistique inattendue.

    Le radar Voronej fait partie de la nouvelle génération de matériel de détection russe. Sa principale mission consiste à détecter les lancements de missiles et préparer les informations sur les satellites de la planète pour le système de contrôle de l'espace. Le traitement des signaux interceptés se fait en format numérique. Autre avantage du radar Voronej : sa consommation relativement faible – 0,7 MW. Ses performances permettent de l'utiliser en tant que système d'alerte d'attaque balistique mais aussi comme élément primordial de la défense antiaérienne et antimissile de la Russie.

     

    Lire aussi:

    Les militaires russes détecteront des missiles à des milliers de kilomètres
    Aucun missile ne lui échappe: ce que l'on sait du nouveau radar mobile russe
    La Chine lance des essais de son radar omnivoyant
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik