Lu dans la presse
URL courte
0 10
S'abonner

La Russie est en train de travailler sur la création d'équipements et de programmes pour surveiller le lancement de missiles américains, écrit mardi le quotidien Izvestia.

La Russie est en train de travailler sur la création d'équipements et de programmes pour surveiller le lancement de missiles américains, écrit mardi le quotidien Izvestia.

Le système en question comparera les informations transmises à la Russie dans le cadre du traité sur la réduction des armes stratégiques offensives avec les données recueillies par ses propres radars. Ce système pourra donc vérifier la véracité des informations transmises par les diplomates mais aussi détecter les nouveaux types de missiles transcontinentaux américains et identifier leurs caractéristiques.

En 2015 le centre de recherche pour la présentation et le contrôle des informations, dans la région d'Arkhangelsk, étendra les capacités de contrôle aux armes stratégiques offensives, selon des documents du ministère de la Défense pour la création de ce système d'équipements et de programmes baptisé Priznak.

Hormis la réduction des missiles nucléaires et les restrictions sur le nombre de lancements, le  traité START-3 prévoit l'échange d'informations télémétriques sur l'état et les équipements d’un missile pendant son vol à un instant précis.

Priznak permettra de comparer les données transmises par les Etats-Unis avec l'enregistrement des signaux de missiles obtenus par les systèmes de contrôle russes – radars, satellites, navires équipés d'antennes pour détecter les vols de missiles. Conformément au traité START-3, les représentants américains et russes échangent une fois par an des informations télémétriques sur cinq lancements de missiles.

L'expert militaire Viktor Mourakhovski a rappelé que dans le cadre du traité START-3 les pays coopéraient sur deux axes techniques en matière de désarmement.

"Premièrement l'échange volontaire de paramètres techniques, d'après une liste précise - pas dans l’ensemble. Les parties utilisent également des moyens techniques de contrôle comme les radars, les stations de détection avancée d'une attaque de missile ou encore les satellites radiotechniques et optico-électroniques", a déclaré Viktor Mourakhovski.

La partie informatique du système devra décrypter le flux d'informations télémétriques et le convertir dans le format utilisé par le centre de recherche. Les résultats de l'analyse et de la comparaison des informations seront affichés sous formes de graphiques et de diagrammes.

Lors de la création du Priznak la principale tâche sera l'écriture de programmes pour l’ordinateur du système, doté d’un décrypteur spécial des données de vol de missiles qui seront transmises à une vitesse de 40 Mb/s.

Le système Priznak sera conçu d'ici décembre 2015 par le Centre de recherche de l'Université électrotechnique de Saint-Pétersbourg. Il coûtera 52,4 millions de roubles, soit près de 1,2 million d'euros.

Lire aussi:

Un garçon de 12 ans laisse son chiot sur le seuil d'un refuge avec une note déchirante - photos
Coronavirus: deux nouveaux cas recensés en France
Un scénario militaire pour «reprendre la Crimée» à la Russie? L’Ukraine a tranché
Ce célèbre Français a perdu près de 5 milliards de dollars en 24h à cause du coronavirus
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook