Ecoutez Radio Sputnik
    Lu dans la presse

    L'argent du FMI ne suffira pas à Kiev

    Lu dans la presse
    URL courte
    Règlement de la situation en Ukraine (2014) (2149)
    0 0 0

    D'après le pronostic du rapport publié durant la session d'automne des organes dirigeants du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale (BM), le FMI prévoit une accélération de la croissance économique en Russie et dans les pays d'Europe de l'Est en 2015, écrit lundi le quotidien Rossiïskaïa gazeta.

    D'après le pronostic du rapport publié durant la session d'automne des organes dirigeants du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale (BM), le FMI prévoit une accélération de la croissance économique en Russie et dans les pays d'Europe de l'Est en 2015, écrit lundi le quotidien Rossiïskaïa gazeta.

    Selon le communiqué adopté lors de la session, on constate également la reprise continue de l'économie mondiale depuis la crise de 2008, bien qu'elle soit "plus faible et moins stable que prévu".

    La tension géopolitique, notamment en Ukraine et au Moyen-Orient, est, selon le FMI, l'une des principales menaces pour la croissance économique des pays d'Europe centrale et orientale et elle augmente les risques énergétiques pour ces pays.

    En 2014, les indices de cette région sont inférieurs aux prévisions, essentiellement en raison de la crise en Ukraine. Le FMI a revu à la baisse les pronostics de croissance pour la région en 2014 de 1,6 à 1,2%, et de 2,5 à 1,7% pour 2015. Quant à la Russie, le FMI prédit cette année une croissance du PIB de 0,2%, et de 0,5% pour l'année prochaine. Sachant que les experts partent du fait que les frictions diminueront dans cette région et que les sanctions occidentales et russes seront levées.

    Le ministre russe des Finances Anton Silouanov a déclaré aux journalistes que la crise en Ukraine et l'impact des sanctions sur l'économie mondiale n'étaient pas soulevés lors de la réunion des ministres des Finances du G20 en marge de la session du FMI et de la BM. "Cependant, dans les couloirs tout le monde exprime sa volonté de normaliser au plus vite la situation dans le sud-est de l'Ukraine et de lever les sanctions, car cela gêne indéniablement les affaires et la stimulation économique", a noté Anton Silouanov. Selon lui, les sanctions ne font qu'ajouter de la négativité aux pronostics du FMI, chose dont personne n'a besoin et qui va à l'encontre des tâches de contribution à la croissance économique.

    En ce qui concerne l'Ukraine, le pronostic du FMI y décrit le tableau le plus complexe d'Europe centrale et orientale. Le FMI estime la chute du PIB à l'issue de l'année à 6,5%, mais prévoit une croissance de 1% pour l'année prochaine. La dette publique extérieure du pays atteindra cette année 102,5% du PIB et s'élèvera jusqu'à 106,4% en 2015. Une inflation à hauteur de 19% est attendue d'ici la fin de l'année.

    Le directeur Europe du FMI Paul Thomsen a noté que l'Ukraine pourrait avoir besoin d'une "aide financière supplémentaire, bien qu'il soit encore trop tôt pour parler de son montant". Rappelons qu'en avril le FMI avait approuvé un plan d'aide de 17 milliards de dollars pour l'Ukraine, dont 4,6 milliards ont déjà été transférés à Kiev.

    "L'économie ukrainienne est en difficulté, c'est pourquoi nous espérons que les mesures du FMI et de la BM porteront leurs fruits et que le pays pourra rembourser la Russie et d'autres investisseurs", a déclaré le ministre russe des Finances sur la chaîne Rossia 24.

    Dossier:
    Règlement de la situation en Ukraine (2014) (2149)

    Lire aussi:

    Le FMI prévoit une reprise économique en Russie dès cette année
    La collaboration entre le FMI et l'Ukraine bat de l'aile
    Plan d'aide à la Grèce: le FMI donne un feu vert «de principe», mais exige des garanties
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik