Ecoutez Radio Sputnik
    Situation à Ouglegorsk

    Sommet de Minsk: nouvel espoir d'un plan de paix pour l'Ukraine

    © Sputnik . Nikolay Khizhnyak
    Lu dans la presse
    URL courte
    Vedomosti
    Règlement de la situation en Ukraine (2014) (2149)
    0 184

    Le président russe Vladimir Poutine, le président français François Hollande, le président ukrainien Piotr Porochenko et la chancelière allemande Angela Merkel pourraient se réunir mercredi à Minsk au "format Normandie" pour évoquer un cessez-le-feu et la poursuite du règlement du conflit en Ukraine, écrit lundi 9 février le quotidien Vedomosti.

    Cette information a été rapportée, après les consultations téléphoniques des quatre dirigeants hier, par leurs représentants. "Les participants s'attendent à ce que les efforts de Minsk conduisent à un cessez-le-feu immédiat et inconditionnel", a annoncé le service de presse de Porochenko.

    Dès aujourd'hui, la préparation du sommet de Minsk va commencer entre les représentants des ministères des Affaires étrangères des quatre pays, qui se réuniront à Berlin. Par ailleurs, une réunion de la commission trilatérale avec la participation des représentants de l'OSCE, de la Russie, de Kiev et des Républiques populaires de Donetsk (DNR) et de Lougansk (LNR) autoproclamées devrait se tenir à Minsk mardi. Les représentants des DNR et LNR ont annoncé que ce voyage à Minsk était effectivement prévu. Si ces deux cycles de négociations se déroulaient avec succès et que les parties parvenaient à se mettre d'accord que les positions activement discutées dernièrement, les participants du Quartet de Normandie se réuniraient alors à Minsk, a confirmé hier Vladimir Poutine lors de son entretien avec le président biélorusse Alexandre Loukachenko.

    Un nouveau cycle de négociations a été lancé en fin de semaine dernière par Merkel et Hollande. Les deux dirigeants se sont d'abord rendus jeudi à Kiev (le secrétaire d'État américain John Kerry a également assisté à cette réunion), puis à Moscou le lendemain.

    Le fond du plan de paix proposé par Merkel et Hollande pour mettre un terme à la confrontation armée dans l'est de l'Ukraine n'a pas été dévoilé. Les négociations sont très difficiles, explique une source proche de l'administration du président ukrainien. "Étant donné que personne ne fait de déclarations émotionnelles ou négatives, des chances demeurent. C'est pourquoi tout le monde est très prudent dans les appréciations et les dosages de l'information", ajoute la source.

    Une partie du plan a été énoncée le week-end dernier par François Hollande. En particulier, l'un des principaux points qui fait l'objet de discussions est la création d'une zone démilitarisée de 50 à 70 km de la ligne de conflit actuelle. Un autre point porte sur l'octroi aux territoires de l'est d'une "plus grande autonomie", étant donné que les habitants des territoires frappés par la guerre "pourront difficilement partager une vie commune" avec le reste de l'Ukraine.

    Il est fort probable qu'une solution tactique sera trouvée, qui gèlera le conflit pendant un certain temps, estime le politologue Evgueni Mintchenko. "D'autre part, il est évident que le potentiel d'agression des deux côtés n'est pas encore épuisé, et je pense que de nouveaux éclats sont inévitables", précise-t-il.

    Le conflit pourrait également reprendre et s'amplifier, entraînant potentiellement la Russie dans son sillage, note Evgueni Mintchenko. Mais cette probabilité est faible, affirme-t-il.

    Dossier:
    Règlement de la situation en Ukraine (2014) (2149)

    Lire aussi:

    Ukraine: Poutine prône un cessez-le-feu immédiat
    Crise ukrainienne: plus de 50.000 morts selon le renseignement allemand
    Ukraine: Washington menace Moscou d'isolation
    Tags:
    format Normandie, République populaire autoproclamée de Donetsk (RPD), République populaire autoproclamée de Lougansk (RPL), Alexandre Loukachenko, François Hollande, Angela Merkel, Piotr Porochenko, Vladimir Poutine, Minsk, Lougansk, Donetsk, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik