Ecoutez Radio Sputnik
    Des militaires des forces de sécurité irakiennes tiennent le drapeau de l'EI après une opération antiterroriste

    La lutte contre l’État islamique passe la vitesse supérieure

    © AP Photo / File
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    L'Etat islamique (2014) (1131)
    0 510
    S'abonner

    La lutte contre les djihadistes de l’État islamique impliquera désormais de nouveaux participants et des ressources supplémentaires, écrit mercredi le quotidien Kommersant.

    Les États-Unis ont annoncé hier leur volonté de renforcer la lutte contre la propagande islamiste de l'État islamique (EI). D'après le New York Times, ces fonctions seront transmises au Centre pour les communications stratégiques antiterroristes, de la direction spéciale du département d'État américain. Le financement et les pouvoirs du centre seront considérablement élargis: il s'occupera désormais du suivi de la propagande islamiste de l'EI et de la coordination du travail d'autres services — le Pentagone, la NSA etc — dans ce domaine. Son objectif principal sera d'éviter la propagation des idées djihadistes parmi les citoyens américains. Le centre établira des contacts avec la communauté musulmane aux États-Unis, des religieux et des théologiens pour sécuriser la population, notamment les jeunes musulmans, face à la propagande radicale de l'EI. Selon le New York Times, l'EI et ses partisans envoient chaque jour près de 90 000 messages sur Twitter, et les autorités américaines reconnaissent qu'elles ne sont pas toujours capables d'arrêter leur circulation. "Nous sommes dépassé par cet afflux de propagande islamiste. C'est pourquoi nous devons recueillir ce genre d'informations, les analyser, trouver leur origine et les enrayer", estime le porte-parole du sous-secrétaire d'État Richard Stengel.

    La volonté américaine de renforcer la lutte contre l'EI est tout à fait logique: d'après le dernier sondage de CNN/ORC, la plupart des Américains sont mécontents des actions de l'administration d'Obama dans ce domaine. 57% des personnes sondées critiquent la Maison blanche, 40% approuvent la politique du pouvoir et 3% n'ont pas d'opinion sur le sujet.

    Qui plus est, les Américains ne sont pas les seuls à vouloir renforcer la lutte contre l'EI. La ministre italienne de la Défense Roberta Pinotti a annoncé hier dans une interview au quotidien Il Messagero que son pays prévoyait de combattre l'élargissement de l'influence de l'EI en Afrique du Nord et en Europe, notamment en Italie. "Nous avons évoqué ce problème et conclu qu'il ne fallait pas perdre de temps, a-t-elle souligné. Le risque est évident et nous ne pouvons plus attendre. Il faut organiser d'urgence la défense contre la propagation de ce califat sur notre territoire via la mer". La ministre n'a pas encore précisé des actions possibles de l'Italie dans ce domaine, mais le premier ministre Matteo Renzi a appelé l'Onu à élargir la lutte internationale contre l'EI en Libye.

    Selon lui, "il est temps pour l'Europe de se réveiller" car l'influence de l'EI se rapproche de ses frontières. Alors que les Européens examinent des mesures possibles de combattre l'EI en Libye, les autorités égyptiennes font déjà des pas concrets: hier soir l'aviation égyptienne a frappé sur des lieux de regroupement des forces de l'EI, éliminant 64 combattants et détruisant leur base, selon les informations officielles. Ce raid a eu lieu trois jours après la publication de la vidéo montrant l'exécution de 21 coptes égyptiens kidnappés par les djihadistes en Égypte et emmenés en Libye.

    Dossier:
    L'Etat islamique (2014) (1131)

    Lire aussi:

    EI en Libye: Le Caire veut une intervention internationale
    Londres fournit 300 tonnes d'armements à la coalition anti-EI
    EI: Paris et Le Caire prônent de nouvelles mesures internationales
    Le magazine de l’EI promet de frapper la France
    Tags:
    terrorisme, Etat islamique, Barack Obama, États-Unis, djihadisme
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik