Ecoutez Radio Sputnik
    Gérard Larcher Feb. 25, 2015Vladimir Poutine. Archive photo

    Le président du Sénat français va rencontrer Poutine

    © REUTERS / Maxim Shemetov © Sputnik . Sergei Guneev
    1 / 2
    Lu dans la presse
    URL courte
    Izvestia
    Sanctions de l'Occident contre la Russie (350)
    0 194

    Après s'être entretenu cette semaine avec des députés et des sénateurs russes, ainsi qu'avec le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, le président du Sénat français Gérard Larcher sera reçu par le président russe Vladimir Poutine, écrit mercredi le quotidien Izvestia. Leur entretien est prévu pour le 26 février.

    Le président du Sénat est accompagné par le représentant spécial du gouvernement français pour la Russie, Jean-Pierre Chevènement, qui pense que l'Union européenne ne doit pas provoquer les sentiments pro-européens en Ukraine.

    Alexeï Pouchkov, président de la commission des affaires internationales de la Douma (chambre basse du parlement russe), voit dans la rencontre de Gérard Larcher avec le président russe la preuve d'un manque d'unité en Europe sur la politique à mener par les gouvernements proaméricains vis-à-vis de la Russie. Pouchkov relève que le président du Sénat français représente l'opposition gouvernementale — l'UMP — et est ainsi "le deuxième homme de l'État".

    Alexeï Pouchkov explique que lors de sa rencontre avec les députés russes, Gérard Larcher a évoqué la nécessité d'abandonner la politique de sanctions.

    Le président de la Douma Sergueï Narychkine a suggéré, pendant son entretien avec Gérard Larcher, d'organiser des consultations parlementaires au "format Normandie" pour assurer la mise en œuvre des accords de Minsk. Pour sa part, le président du Sénat a noté que les sanctions de l'UE contre la Russie seraient assouplies à court terme.

    Jean-Luc Melenchon
    © East News. Christophe Guibbaud/ABACAPRESS.COM
    Le vice-président de la commission des affaires internationales du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe), Andreï Klimov, a déclaré que pendant son entretien avec les sénateurs russes Gérard Larcher avait souligné que sa décision de se rendre en Russie à ce moment précis n'était pas un hasard. Les Français ont intérêt à ce que les accords de Minsk soient remplis parce que, dans un certain sens, l'honneur de la France est en jeu. Les Français pensent que l'Ukraine a besoin d'une décentralisation et ils sont prêts à partager leur expérience.

    Philippe de Villiers (à gauche) et Vladimir Poutine
    © East News. AP Photo/Alexander Zemlianichenko, Pool
    Le sénateur a ajouté que la situation actuelle de l'Union européenne n'était pas à envier, parce que les échanges russo-américains avaient augmenté en l'espace de 11 mois de 7,5%, de 1,5% avec la Nouvelle-Zélande, alors que les échanges entre l'UE et la Russie avaient chuté de 7,3%.

    Sergueï Fedorov, de l'Institut de l'Europe affilié à l'Académie des sciences de Russie, a noté que depuis l'époque de Charles de Gaulle la France cherchait à être autonome sur l'arène internationale.

     

    Dossier:
    Sanctions de l'Occident contre la Russie (350)

    Lire aussi:

    Fabius: le cessez-le-feu en Ukraine appliqué "dans l'ensemble"
    Ukraine: Paris ne compte pas envoyer des experts militaires
    Ces hommes politiques français opposés aux sanctions antirusses
    Merkel et Hollande - un bloc européen contre positions atlantistes
    Tags:
    Sénat français, Union pour un mouvement populaire (UMP), Sergueï Fedorov, Andreï Klimov, Gérard Larcher, Jean-Pierre Chevènement, Alexeï Pouchkov, Vladimir Poutine, Ukraine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik