Lu dans la presse
URL courte
Par
0 16
S'abonner

La hausse fulgurante du nombre d'utilisateurs des réseaux sociaux ces dernières années a fait d'eux un canal de diffusion de l'information plus puissant que les médias traditionnels, écrit lundi le quotidien Rossiïskaïa gazeta.

Les hauts fonctionnaires américains qui ont compris cette tendance utilisent activement les réseaux sociaux pour communiquer directement avec leur audience en contournant la presse.

La campagne électorale de Barack Obama, en 2008, avait notamment été construite par ses conseillers sur les nouveaux moyens de communication avec l'électorat, battant à plate couture les conservateurs "coincés dans le passé". Les réseaux sociaux demeurent un trait distinctif de la stratégie médiatique de la Maison blanche à ce jour.

Cependant, le processus de familiarisation avec cette nouveauté chez les politiciens peut apporter aussi bien victoires que défaites. Des batailles très sérieuses éclatent aujourd'hui dans l'espace virtuel, dont les conséquences peuvent être parfaitement réelles — et les opposants ne manquent pas les opportunités de se servir de toute négligence.

Les hauts fonctionnaires ont souvent un compte personnel et l'utilisent essentiellement comme une plateforme pour la promotion de leurs travaux et opinions, pour publier des photos. Parfois, on y trouve également des vidéos ou des photos privées, mais c'est rare. Par exemple, les militaires tiennent compte du fait que ces derniers temps les extrémistes organisent de plus en plus souvent des attaques cybernétiques contre les comptes des structures de force et envoient des menaces aux membres de leur famille. C'est pourquoi il est dangereux pour le personnel de l'armée d'afficher publiquement son appartenance aux forces armées. D'autres craignent d'être compromis.

L'un des plus grands scandales a éclaté en mai 2011 autour du congressiste Anthony Weiner. Considéré comme un père modèle, Weiner a envoyé à une jeune femme de 21 ans sa propre photo érotique via son compte Twitter officiel. En découvrant que sa photo était en accès public, il a rapidement supprimé le lien mais les abonnés avaient déjà réussi à la sauvegarder et la diffuser sur les réseaux sociaux. L'enquête a établi que ce n'était pas la première fois que le congressiste entretenait de telles correspondances avec des jeunes femmes via ses comptes. Au final, ce tweet a coûté son poste à Weiner.

Barack Obama et Jimmy Kimmel lors du talk-show sur la chaîne ABC
© REUTERS / Jonathan Ernst
En décembre, Elizabeth Lauten, employée au congrès américain, a critiqué sur Facebook la tenue des filles de Barack Obama lors d'un événement. Sous le feu des critiques qui ont suivi sur les réseaux sociaux, Lauten a dû démissionner.

Certains tweets ont même entraîné des fuites d'informations confidentielles. En février 2009, Peter Hoekstra du comité pour les renseignements s'est rendu à Bagdad avec un groupe de congressistes. La situation en Irak était telle que les visites de ce genre étaient confidentielles pour des raisons de sécurité. Cependant, le congressiste a insoucieusement rapporté sur son compte Twitter: "Nous avons passé la zone verte en hélicoptère. Le drapeau irakien flotte au-dessus du palais. Nous nous rendons à l'ambassade des USA". Après cela, le Pentagone a révisé sa politique sur les réseaux sociaux en exigeant des hauts fonctionnaires qu'ils soient plus prudents en divulguant des informations.

Lire aussi:

La Chine bloque l'accès à la messagerie Gmail
Près de 8.000 nouveaux cas de Covid-19 et 499 décès en France en une journée
Macron et Poutine face au Covid-19: une pandémie, deux stratégies à la loupe
Tags:
réseaux sociaux, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook