Ecoutez Radio Sputnik
    Juifs

    En France, l'antisémitisme pousse les Juifs vers Israël

    © Sputnik . Valeriy Melnikov
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    2178
    S'abonner

    Le gouvernement israélien vient d'adopter une série de mesures urgentes pour soutenir l'alya, c'est-à-dire l'immigration des Juifs des diasporas à l'étranger vers leur patrie historique, écrit lundi le quotidien Novye Izvestia.

    Francois Hollande (R) et Claude Bartolone (C), Sarre-union, le 17 février 2015.
    © REUTERS / Vincent Kessler
    La France, qui possède actuellement la plus grande diaspora juive en Europe — plus de 800 000 personnes — détient ces dernières années la première position, peu honorable, en matière d'actes antisémites. Il est donc peu surprenant que l'alya française grandisse d'année en année. Anatoli Zeldin, conseilleur en chef du ministère de l'Intégration, fait remarquer que "dans les années 2008-2012 la Terre sainte accueillait annuellement 1 600 immigrés français. En 2013, ce nombre est passé à 2 900 personnes pour atteindre plus de 8 000 personnes en 2014".

    Atatoli Zeldin est certain, qu'en 2015 "au moins 14 000 Français prendront la citoyenneté israélienne". Ce pronostic semble tout à fait fondé compte tenu du fait que le nombre de ressortissants français en Israël a augmenté de plus de 2 500 personnes pendant les deux premiers mois de l'année.

    Omer Moav de l'Université hébraïque de Jérusalem estime que l'influence des Juifs français sur la société israélienne sera peu importante, contrairement à l'effet de l'arrivée de 500 000 ressortissants soviétiques qui avait augmenté de 20% la population totale du pays. Qui plus est, ces Français s'installeront en Israël de manière tout à fait différente. Les ressortissants soviétiques étaient venus dans le pays sans propriété, ne connaissaient pas la langue et même parfois les métiers prometteurs en Israël. C'est pourquoi ils étaient forcés de s'intégrer à la société au niveau le plus bas. La mentalité et l'éducation des Russes leur ont pourtant permis de faire une bonne carrière et d'occuper une position digne dans la société israélienne moderne. En ce qui concerne les immigrés français, ils se déplacent souvent vers la Terre sainte où ils possèdent déjà des capitaux importants et une bonne connaissance de l'hébreu.

    Selon les statistiques, la plupart des ressortissants français préfèrent s'installer dans les villes méditerranéennes de Netanya et d'Ashdod. Il est à noter qu'il y a quatre ans, les "Russes" constituaient environ un quart de la population de Netanya, alors qu'aujourd'hui le nombre des "Français" atteint un tiers des habitants de la ville. Ainsi, à Netanya les russophones et les francophones sont plus nombreux que ceux qui parlent l'hébreu. Mais ce phénomène ne dure d'habitude qu'une génération: les enfants et les petits-enfants des immigrés passent ensuite définitivement à l'hébreu.

    Selon les données de plusieurs associations juives, les tendances antisémites augmentent non seulement en France, en Belgique et au Danemark, mais aussi en Grande Bretagne, en Suède, en Espagne, en Italie, en Grèce et même dans un pays aussi petit que le Luxembourg. Mais aujourd'hui l'alya se renforce principalement en France et — de manière moins importante — en Belgique et en Italie. Les Juifs et les membres de leurs familles tentent également — pour des raisons tout à fait évidentes — de quitter l'Ukraine en pleine guerre civile.

    Lire aussi:

    Madonna "terrifiée" par le climat qui règne en France
    France: endiguer la montée de l'antisémitisme (Intérieur)
    Un caricaturiste français poursuivi pour un dessin "antisémite" raconte son histoire
    Un requin arrache une partie du bras d’un plongeur qui parvient à nager jusqu’à la côte – photos
    Tags:
    antisémitisme, Juifs, France, Israël
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik