Ecoutez Radio Sputnik
    Bogota

    Lavrov s'adresse aux USA via la Colombie

    © Sputnik. A.Chernoshek
    Lu dans la presse
    URL courte
    Kommersant
    0 426

    Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov s'est rendu en Colombie dans le cadre de sa tournée latino-américaine: le pays, considéré comme un allié clé des USA sur le continent, pourrait également devenir un important partenaire de la Russie, écrit mercredi le quotidien Kommersant.

    Après son entretien avec le gouvernement colombien, Sergueï Lavrov a déclaré que Moscou et Bogota avaient une "approche commune des problèmes clés de l'ordre mondial". Il a remercié ses interlocuteurs pour leur "position pesée sur la crise ukrainienne" et averti, quant à la situation au Venezuela: "C'est aux Vénézuéliens de régler leurs propres problèmes, sans ingérence extérieure, menaces ou sanctions unilatérales illégitimes".

    Contrairement à Cuba, où Sergueï Lavrov a marqué le premier arrêt de sa tournée, la Colombie est tout sauf un allié traditionnel de Moscou. Durant la majeure partie de son histoire ce pays était tourné vers les USA, entretenant des relations instables avec l'Union soviétique. Par exemple, les autorités avaient accusé des "agents soviétiques" d'être responsables des émeutes à Bogota en 1948. Après quoi les Colombiens avaient rompu les relations diplomatiques avec Moscou, qui ont été rétablies seulement 20 ans plus tard. Toutefois, même après cela les relations bilatérales n'ont jamais été très actives. L'ancien président colombien Alvaro Uribe (2002-2010) était un fervent partisan du rapprochement avec les USA et s'était fixé pour but d'instaurer une zone de libre-échange.

    La situation a commencé à changer avec l'arrivée au pouvoir de Juan Manuel Santos, premier dirigeant colombien à rencontrer le président russe — en juillet 2014 en marge du sommet des Brics au Brésil.

    Le ministre russe a tout particulièrement mentionné la situation en Ukraine: "Nous apprécions la position pesée de la Colombie concernant la crise en Ukraine". Il souligne également que la Colombie n'a pas adhéré aux sanctions antirusses. De plus, Moscou met l'accent sur le soutien régulier par Bogota des initiatives russes sur l'arène internationale. Selon Sergueï Lavrov, Moscou et Bogota adoptent également une position commune vis-à-vis de la crise au Venezuela.

    Les parties ont aussi soulevé des questions économiques. Les échanges entre la Russie et la Colombie se sont élevés à 375 millions de dollars en 2014. Sachant que les exportations russes ont augmenté de 2,1% (jusqu'à 234,9 millions de dollars), tandis que les importations de Colombie ont chuté de 4,6% (jusqu'à 140,2 millions de dollars). Malgré cela, Moscou et Bogota sont persuadés que la Colombie a des produits à proposer aux consommateurs russes, notamment dans le contexte des sanctions de rétorsion contre les marchandises de l'UE et des USA. Les principaux secteurs de coopération bilatérale sont l'énergie et l'exploitation pétrolière et gazière, explique à RIA Novosti le directeur du département Amérique latine du Ministère russe des Affaires étrangères Alexandre Chtchetinine. De plus, selon lui, la Colombie et la Russie comptent créer prochainement une base de données afin d'échanger des informations permettant de contribuer à l'activité des petites et moyennes entreprises des deux pays.

    L'adhésion de Bogota à la Coopération économique Asie-Pacifique (APEC) pourrait également contribuer au développement économique de la Colombie et de ses relations avec la Russie. Le pays est inscrit sur la liste d'attente pour y adhérer, mais pour l'instant un moratoire pèse sur l'expansion de l'organisation.

    Lire aussi:

    Attentat de Bogota: la section antiterroriste du parquet de Paris ouvre une enquête
    Naufrage en Colombie: six morts, 31 disparus
    Le karma te trouvera tôt ou… encore plus tôt que tu ne crois!
    Tags:
    Sergueï Lavrov, Russie, Colombie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik