Lu dans la presse
URL courte
Par
11237
S'abonner

L'enregistrement des candidats à la présidentielle du 10 mai en Pologne est terminé, et on sait déjà qu'un seul prône la normalisation des relations avec la Russie: Magdalena Ogorek, représentante de la gauche, écrit lundi le quotidien Kommersant.

Dans sa première interview elle appelle à "cesser d'intimider les Polonais par la guerre" en promettant de parler avec le président russe Vladimir Poutine pour surmonter la crise si elle était élue chef de l'État. Toutefois, à en juger par les derniers sondages, elle ne peut compter que sur la troisième place. La victoire reviendra très certainement au président sortant Bronislaw Komorowski.

Les Polonais attendaient avec impatience la première interview de Magdalena Ogorek en direct: la candidature à la présidentielle d'une blonde aux yeux bleus, actrice et candidate en histoire ont entraîné des débats enflammés aussi bien dans le milieu politique polonais que parmi les internautes russophones. Sachant que ses promesses de normaliser les relations avec la Russie ont suscité un intérêt particulier pour cette candidate de l'Alliance de la gauche démocratique.

"Je ne comprends pas ceux qui exigent d'envoyer (en Ukraine) des militaires et des armements. Ce n'est pas pour plaisanter que la Russie a inscrit dans sa doctrine l'éventualité d'utiliser l'arme nucléaire à titre préventif. On ne s'attaque pas comme ça à un tel État", a confirmé Magdalena Ogorek dans une interview accordée samedi à la chaîne TVP info. Elle a également appelé à ne pas "intimider les Polonais par la guerre" et a promis, si elle devenait présidente, de parler avec Vladimir Poutine de la normalisation des relations russo-polonaises, qui ne dépendent pas uniquement du Kremlin.

Toutefois, si une telle opportunité se présentait à Mme Ogorek, ce ne serait probablement pas en tant que prochaine présidente: selon les sondages, entre 2 et 6% des Polonais sont prêts à la soutenir. Au total, 11 candidats prétendent au poste présidentiel, dont l'enregistrement s'est clôturé en fin de semaine dernière. Les experts et les sociologues sont unanimes: le président sortant Bronislaw Komorowski part favori. Les sondages le donnent vainqueur avec beaucoup d'avance sur son principal rival du parti d'opposition Droit et Justice du député européen Andrzej Duda.

L'écart entre les deux adversaires s'est réduit depuis début mars: selon TNS Polska, 41% des Polonais sont prêts aujourd'hui à soutenir Komorowski au lieu de 49%, 24% voteraient pour Duda. Mais ce dernier a peu de chances de pourvoir réduire cet écart. 

Lire aussi:

Covid-19 en Île-de-France: «On assiste à une inversion de l'épidémie»
Les USA échouent à imposer leurs vues sur l’Iran au Conseil de sécurité de l’Onu
Maroc: ce mal criminel attaque les enfants dans un silence de plomb
Rouen: sept policiers hors service agressés par une vingtaine de jeunes individus
Tags:
élections, Magdalena Ogorek, Pologne, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook