Lu dans la presse
URL courte
Situation en Syrie (2014) (607)
0 335
S'abonner

Quatre ans après l'éclatement de la guerre civile en Syrie, les adversaires du gouvernement syrien de Bachar al-Assad ont réussi à prendre la ville stratégique de Jisr al-Choghour.

Des islamistes radicaux non affiliés à l'État islamique — les extrémistes du Front al-Nosra, d'Ahrar al-Sham et d'autres groupes armés — en collaboration avec certaines unités de l'Armée syrienne libre (ASL) y sont parvenus en s'alliant sous le nom de Jaish al-Fatah. La prise de Jisr al-Choghour ouvre aux rebelles la voie vers la province de Lattaquié — l'un des bastions du gouvernement syrien.

Ces derniers temps, l'armée du président essuie défaite après défaite. Elle se bat face à l'ASL, composée essentiellement de ressortissants des milieux militaires du pays, mais aussi des combattants de l'EI et de groupes djihadistes qui ne font pas partie du "califat". Jisr al-Choghour se situe dans la province d'Idlib, dont le centre administratif homonyme a été pris fin mars par la coalition Jaish al-Fatah.

La fracture est flagrante: après la confrontation, l'opposition armée noue aujourd'hui des alliances et accroît rapidement son potentiel militaire. Les experts constatent notamment l'utilisation de nouvelles armes, en particulier des missiles antichar guidés ont permis à l'ASL de combattre efficacement les blindés syriens.

Selon les observateurs, l'évolution de la situation mondiale a poussé deux autres pays à s'engager plus activement dans le conflit syrien: la Turquie et l'Arabie saoudite, qui soutiennent le mouvement anti-Assad. Elles sont préoccupées par l'accord nucléaire prévu entre les USA et l'Iran chiite, qui pourrait porter atteinte à leurs intérêts. De plus, les Saoudiens bombardent activement les rebelles yéménites, et le soutien plus actif de l'opposition syrienne pourrait leur apporter des points supplémentaires, tout en aidant à combattre l'EI.

Après la réduction de l'aide aux forces anti-Assad "modérées", les djihadistes passent au premier plan dans la confrontation contre le président syrien, ce qui alarme les experts. Selon eux, si les derniers bastions du président syrien tombaient, les islamistes sunnites pourraient entamer une élimination sommaire des anciens dirigeants du régime.

Dossier:
Situation en Syrie (2014) (607)

Lire aussi:

L'Etat islamique (2014)
Assad: Scandinaves, leaders de l'EI en Syrie, sont à redouter au maximum
Assad: envoyer des forces de paix en Syrie signifierait la reconnaissance de l'EI
«Pas le droit de marcher sur leur trottoir»: le tournage d’une série Netflix à Paris pose problème aux habitants
Tags:
Syrie, Jisr al-Choghour, Bachar el-Assad, Etat islamique, djihadisme
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook