Lu dans la presse
URL courte
Par
0 642
S'abonner

La France a dit adieu aux cendres du grand-duc Nicolas Nikolaïevitch de Russie et de son épouse Anastasia de Monténégro, écrit lundi le quotidien Rossiïskaïa Gazeta.

La cérémonie funéraire a eu lieu dans la cathédrale Saint-Louis des Invalides à Paris, en présence de responsables français, des représentants du ministère de la Défense, des organisations d'anciens combattants et du public de la capitale. La délégation russe, présente à la cérémonie, était dirigée par le ministre de la Culture Vladimir Medinski.

C'est l'évêque Nestor, qui dirige le diocèse de Chersonèse de l'Église orthodoxe russe, qui a conduit ce service commémoratif dans la cathédrale principale de l'armée française. Après la cérémonie, la Garde républicaine française a porté le cercueil avec les dépouilles du grand-duc à travers la cour d'honneur des Invalides — honneur habituellement rendu aux maréchaux de France.

La décision de transporter les restes du grand-duc de la France vers la Russie a été prise à la demande de sa famille immédiate — ses arrière-petits-neveux les princes Nikolaï Romanovitch et Dmitri Romanovitch. Cette demande avait été adressée l'année dernière au Président de la Douma d'État, Sergueï Narychkine, et a été entendue. En décembre dernier le Premier ministre russe Dmitri Medvedev a signé un décret sur la création d'un groupe de travail interministériel qui a organisé les événements nécessaires et a mené des négociations avec les autorités françaises.

Le grand-duc Nicolas Nikolaïevitch était le petit-fils de Nicolas Ier et l'oncle du dernier empereur russe Nicolas II. Il a participé à la guerre russo-turque et a été nommé commandant suprême des armées de terre, de l'air et de la marine de la Russie au début de la Première guerre mondiale. Après la révolution d'octobre, il a passé un peu de temps en Crimée, d'où il a émigré d'abord en Italie, puis en France. Il a vécu dans une maison de campagne à Choigny aux alentours de Paris, et en 1924 il a pris la direction de l'Union militaire russe — une organisation militaire des émigrés russes.

On voyait en lui un prétendant au trône russe, mais le grand-duc n'avait pas de telles revendications. Il croyait que la question de la monarchie ne devait pas être résolue à l'étranger, mais "par le peuple russe sur sa terre natale". À la fin des années 1920, en raison de sa santé défaillante, il a déménagé avec son épouse dans le Sud de la France à Antibes, avant de subitement décéder en janvier 1929. Nicolas Nikolaïevitch a été enterré dans la crypte de l'église orthodoxe de Saint-Michel Archange située à Cannes, une ville balnéaire de la Côte d'Azur.

"Le fait que la cérémonie funéraire ait eu lieu aux Invalides, où se trouve le tombeau de Napoléon et où sont enterrés les généraux français illustres, est sans aucune doute un signe de la reconnaissance particulière de la France envers le grand-duc et envers la Russie qui était son allié dans les deux guerres mondiales, a déclaré l'Ambassadeur de Russie en France Alexandre Orlov, dans son interview à Rossiïskaïa Gazeta. Au début de la Première guerre mondiale, lorsque les troupes allemandes étaient aux portes de Paris, le grand-duc Nicolas Nikolaïevitch a lancé une offensive en Prusse orientale, ce qui a forcé le commandement allemand à transférer deux corps d'armée à l'Est, sauvant ainsi la capitale française. Les Français, tout comme nous, ne doivent pas l'oublier.

Les restes du grand-duc et de son épouse ont été acheminés par un cortège de véhicules de la cathédrale Saint-Louis à l'aéroport de la capitale d'où ils ont été emmenés par un vol spécial russe. En même temps, la délégation russe s'est rendue de l'autre côté de la Seine par le Pont Alexandre III et a déposé des couronnes au monument au Corps expéditionnaire russe qui avait été inauguré en 2011 en présence de Vladimir Poutine.

Elles seront inhumées le 30 avril dans la chapelle de la Transfiguration sur le territoire du Сimetière militaire des héros de la Première guerre mondiale à Moscou. Ainsi sera réalisé le dernier vœu du grand-duc d'être enterré dans son pays natal à côté de ses soldats. 

Lire aussi:

La Russie dans la Première Guerre mondiale
1ère GM: un musée ouvre ses portes près de Saint-Pétersbourg
Un garçon de 12 ans laisse son chiot sur le seuil d'un refuge avec une note déchirante - photos
Ce célèbre Français a perdu près de 5 milliards de dollars en 24h à cause du coronavirus
Tags:
Nicolas Nikolaïevitch (grand-duc), France, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook