Lu dans la presse
URL courte
Par
Riposte russe aux sanctions de l’Occident (186)
6420
S'abonner

Les produits agricoles cultivés en Grèce ne peuvent pas être exportés en Russie et la levée de l'embargo agroalimentaire serait positivement perçue, aussi bien par les Grecs que par les Russes.

Une demande d'annulation les contre-sanctions russes contre la Grèce a ainsi été envoyée au président Vladimir Poutine par le député Andreï Kroutov.

"La Grèce est un partenaire fiable de la Russie: entre 2010 et 2013, les échanges commerciaux entre les deux pays ont doublé. La Grèce est proche de la Russie aussi bien économiquement que spirituellement, car c'est l'un des rares pays orthodoxes en Europe. Les produits agricoles de la Grèce ne sont pas cultivables en Russie et l'absence d'accès au vaste marché russe pourrait entraîner des conséquences structurelles très lourdes pour le secteur agricole grec. Ce qui est susceptible de provoquer de lourdes conséquences économiques, sociales et politiques, aggravant la crise dans ce pays", souligne Andreï Kroutov.

Comme l'explique l'auteur de l'initiative, les deux pays sont aujourd'hui perdants à cause des contre-sanctions.

"Une partie des produits agroalimentaires sont importés en Russie via la Biélorussie, ce qui augmente leur coût. La levée des sanctions contre la Grèce serait une démarche très efficace", dit-il.

L'ex-ministre russe de l'Agriculture Nikolaï Fedorov a déclaré début avril que le gouvernement était prêt à envisager l'annulation de l'embargo pour certains pays.

Dans le même temps, en plein conflit entre l'UE et Athènes, le vice-ministre russe du Développement économique Alexeï Likhatchev a déclaré que la Russie ne comptait pas abroger les sanctions contre la Grèce, même si cette dernière sortait de la zone euro.

Les experts estiment que la levée de l'embargo sur les produits alimentaires aiderait la Russie à réaliser des projets énergétiques en Europe.

Les ministres de l'Énergie des deux pays, Alexandre Novak et Panayotis Lafazanis, ont signé un mémorandum intergouvernemental de coopération pour la construction du prolongement du gazoduc Turkish Stream sur le territoire grec.

Ce gazoduc aura une capacité de 47 milliards de mètres cubes de gaz par an. Le gaz russe y sera acheminé de la frontière turque en Europe. L'ensemble du projet Turkish Stream implique la construction d'un gazoduc d'une capacité de 63 milliards de mètres cubes de gaz de Russie vers la Turquie via la mer Noire.

Dossier:
Riposte russe aux sanctions de l’Occident (186)

Lire aussi:

Embargo : Athènes demande à Moscou la permission de lui livrer oranges, fraises et pêches
Sanctions de l'Occident contre la Russie
UE: des méthodes peu orthodoxes pour contourner l'embargo russe
Poutine décrète la prorogation de l'embargo alimentaire russe
Tags:
embargo, Andreï Kroutov, Grèce, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook