Ecoutez Radio Sputnik
    Avdiivka, Donetsk

    Le Donbass entre accalmie militaire et "ménage" politique

    © REUTERS / Maksim Levin
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    1511
    S'abonner

    Un nouvel accord devrait être signé demain à Minsk sur le dossier ukrainien: il engagera ses signataires à retirer leurs armements d'un calibre inférieur à 100 mm de la ligne de démarcation dans le Donbass.

    Une zone tampon de 30 km devrait être instaurée, marquant la première étape du règlement du conflit. Kiev pense que cette échéance explique pourquoi la république populaire de Donetsk (DNR) autoproclamée a commencé à faire le ménage dans ses rangs en fin de semaine dernière: ses dirigeants se sont en effet débarrassés des éléments les plus irréconciliables, qui s'opposent à la réintégration. Cependant, la réunification pourrait engendrer de nouveaux problèmes dans le pays.

    La semaine dernière déjà, les autorités ukrainiennes évoquaient la préparation de la signature d'accords le 8 septembre. Les experts, eux, étaient sceptiques.

    Certains d'entre eux affirmaient officieusement que si les DNR et LNR acceptaient de signer un document et le respectaient, cela ne ferait que témoigner d'une entente secrète au plus haut niveau. Et le sens de ces accords, comme beaucoup le craignent à Kiev, se résume au fait que les républiques retourneront dans le giron de l'Ukraine avec des pouvoirs très larges leur permettant d'influencer la politique nationale et étrangère du gouvernement ukrainien.

    Le week-end dernier, le chef de la DNR Alexandre Zakhartchenko a confirmé la préparation d'un accord. Pendant ce temps, les médias de Donetsk annonçaient le changement de président du parlement local de la DNR — nouvelle qui a fait beaucoup de bruit. Vendredi soir, 70 des 73 députés dont le statut et les pouvoirs ne sont pas reconnus par Kiev ont voté pour la démission d'Alexeï Pourguine, président du parlement, et pour la nomination de son ex-adjoint, Denis Pouchiline. Les deux hommes sont des représentants officiels de la DNR dans les négociations à Minsk.

    La semaine dernière, Pourguine s'était rendu en Russie avec sa famille et quelques proches collaborateurs, plus précisément à Saint-Pétersbourg où se déroulait une discussion sur l'avenir politique des républiques. D'après ces mêmes sources, l'équipe de Pourguine et les forces qui les soutiennent en Russie ont conclu que le retour des républiques au sein de l'Ukraine était inopportun. Il est encore impossible de confirmer ou de réfuter cette information mais cet été, des sources russes ont rapporté plusieurs fois que le groupe d'initiative de la DNR comptait organiser un référendum sur le rattachement de leur territoire à la Russie, ce qu'avait démenti Zakhartchenko. Il y a deux semaines, Pourguine avait dû s'exprimer sur le sujet. Il expliquait alors que les informations sur le référendum pour l'adhésion à la Russie avaient été inventées par les médias ukrainiens, tout en précisant: "Je n'écarte pas complètement la possibilité d'organiser un tel référendum un jour".

    De retour de Russie, Pourguine et son entourage ont été retenus par les forces de la DNR au poste de contrôle Ouspenka. Il n'est donc pas arrivé à l'heure à la réunion du parlement local. Les rênes ont été prises par Denis Pouchiline, qui a immédiatement accusé son supérieur d'avoir l'intention de "saper la réunion du parlement". Après quoi les députés ont voté pour la démission du président du parlement et l'élection de son remplaçant.

    Le représentant du bureau de Zakhartchenko a affirmé que ces événements n'avaient rien à voir avec les négociations à Minsk.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Ukraine: un ersatz de réforme constitutionnelle
    L'Ukraine au bord d'une nouvelle crise politique?
    Donbass: vers un référendum sur l'adhésion à la Russie
    Kiev appelle la communauté internationale à s'unir contre la Russie
    Tags:
    Denis Pouchiline, Alexandre Zakhartchenko, Ouglegorsk (Donbass), Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik